Fady ambroisE

Hello ūüĎč C'est ici que NOUS partageons sur la vie au quotidien : po√®mes, pens√©es, analyses et interviews. N'h√©sitez pas √† nous laisser vos avis en commentaire !

Abonne-toi par email ūüď©

jeudi 22 mars 2018





Le Centre Wallonie Bruxelles a accueilli ce mercredi 21 mars 2018 pour la journ√©e mondiale de la po√©sie un in√©dit, un mix du Caf√© Litt√©raire De Missy et d’Ap√©ro√©sie (les ap√©ro√©sies sont des rendez-vous consistant en un ap√©ro/voyage lyrique √† travers des Ňďuvres po√©tiques).

Pour ce num√©ro in√©dit, « Divagations : Soliloques des cons », livre de Yolande Elebe ma Ndembo √©tait √† l’honneur. √Ä la d√©couverte de l’Ňďuvre de la po√©tesse √† travers des lectures poignantes, les participants ont discut√© des diverses th√©matiques √©voqu√©es dans le recueil lors d’un riche √©change.
La soir√©e s’est ensuite cl√ītur√©e sur des slams et po√®mes d√©clam√©s par le public.

Photo de famille entre amoureux des lettres.

Fady-Ambroise a profit√© de l’occasion pour d√©clamer "Mon √©toile", po√®me tir√© de son recueil √† para√ģtre, "Plume d'Adam".ūüĎĆ
" Tel est son prénom, elle est cette étoile qui brille
M√™me quand l’horizon parait obscure.

Elle est cette amoureuse
Qui rend mon √Ęme heureuse.

Elle est :
La dame d’√Ęme,
Madame d’arme,
Celle qui vaut une palme,
Cette perle rare qui essuie mes larmes.

Dame de cŇďur
Mon √Ęme sŇďur.

Elle ravive mes désirs
Et revigore mes envies,
Elle dérive mes délires
Et couvre mes arrières.

Nonobstant ses caprices,
Elle est, ma délicieuse incomprise
Complice. "
Extrait du poème "Mon étoile".
Fady-Ambroise en train de déclamer son poème "Mon étoile"

lundi 19 mars 2018






A papa Lutumba,
L'homme qui a incarné la rumba,
Et n'avait rien à envier le samba.

Au grand poète Simaro,
Qui n'est pas seulement un griot
Mais aussi un veritable héros.
Qui a fait de l'amour son credo.

A celui qu'on appelle Masiya,
Qui a atteint le sommet de l'Himalaya, 
Par ses compositions et sa guitare.
Ses chants ont bercé des générations.

Il mérite nos hommages,
Lui qui c√©l√®bre ses 80 ans d'√Ęges.
Nous souhaitons un très heureux anniversaire.

Puisse son parcours glorieux et élogieux servir aux générations à venir de repère.
Car pour plusieurs Il est un Père.
Qu'il plaise à notre Seigneur,
de lui accorder deux d√©cennies de bonheur. 
L'avoir pour digne fils, Le Congo en sera fier.

Merci Papa Lutumba
Merci Poète Simaro
Merci bibliothèque Masiya.!
Merci l'artiste.

Christian Ebongo Yenga, Ecrivain et Poète

lundi 12 mars 2018

Enfin, la doctrine de l'√©glise √©vang√©lique des Sacrificateurs (E.E.S) est disponible en ligne et √† la port√© de tout le monde. 

Cliquez sur le lien T√ČL√ČCHARGEMENT pour en avoir. 

N'hésitez pas à laisser vos commentaires pour des questions qui peuvent surgir. Il y aura toujours quelqu'un pour vous répondre.

https://drive.google.com/file/d/1awSdXFBYeo2YVxQ1sa98T5UxGasnHwNn/view?usp=drivesdk
 

jeudi 8 mars 2018

Partagez autour de l’√©tat de la femme congolaise, femme africaine actuelle. Partagez autour de la FEMME. Quels sont ses maux, comment les exprimer avec ses mots. C’est une journ√©e de r√©flexion sur les QUESTIONS li√©es aux femmes et non une journ√©e de d√©rision li√©e au pagne.
Telle est mon adresse √† l’√©gard des femmes en ce mois de mars, en cette journ√©e du 8 mars lui d√©di√©.

8 mars, journée internationale des femmes ou des pagnes et champagnes ?
Beaucoup d’abus sont commis en cette journ√©e. Certains, par les femmes ou avec la complicit√© de cette derni√®re. En une journ√©e o√Ļ elle doit faire valoir ses droits, elle se donne aux plaisirs, √† des festivit√©s intitules comme pour souligner en gras que : je suis femme et c’est √† cela que je sers. Que les dames m’excusent si je suis dur.
Je suis de ceux-l√† qui soutiennent la parit√©. Reste encore √† savoir de quelle parit√© s’agit-il ?
Bon, je suis pour la justice pour tous, tout comme je suis pour le droit de la femme. Je suis pour « l’√©galit√© des sexes ». L√† encore il y a un hic. De quelle √©galit√© s’agit-il ? De l’√©galit√© des sexes ? De l’√©galit√© de traitement, oui peut-√™tre. Mais pas l’√©galit√© des sexes. L’homme et la femme sont deux √™tres diff√©rents avec des fonctions diff√©rentes. Vouloir les comparer revient √† comparer le soleil et la lune. Le soleil √©claire la journ√©e et la lune nuit. Vu dans ce sens-l√†, je dirais qu’ils se compl√®tent. L’UNE ne peut vivre sans l’homme.
Ces deux √™tres ne peuvent devenir √©gaux, l’homme a des fonctions, des m√©tiers qu’il peut effectuer que la femme ne peut pas et vice versa. En termes de droit, la femme a les m√™mes droits que l’homme. Mais aujourd’hui, la parit√© ou l’√©galit√© est employ√©e abusivement au point de vouloir exiger que les hommes deviennent « p√®res-porteurs ».
Le 8 mars, Journ√©e internationale des femmes (selon l'appellation officielle de l'ONU), √©galement appel√©e journ√©e internationale des droits des femmes dans certains pays comme la France, est une journ√©e mettant en avant la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la r√©duction des in√©galit√©s par rapport aux hommes.
La « Journ√©e internationale des femmes » fait ainsi partie des 87 journ√©es internationales reconnues ou introduites par l'ONU. C'est une journ√©e de manifestations √† travers le monde : l’occasion de faire un bilan sur la situation des femmes dans la soci√©t√© et de revendiquer plus d'√©galit√©. Traditionnellement, les groupes et associations de femmes militantes pr√©parent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, am√©liorer la condition f√©minine, f√™ter les victoires et les avanc√©es.
Alors, comment passons-nous cette journ√©e ou √† quoi la consacrons-nous ?
Au lieu de la consacrer √† des r√©flexions au tour des maux dont souffre la femme congolaise actuelle, au viol que subit chaque jour une femme, dans sa maison ou dans son champ √† l’Est ou √† un autre coin du pays ; la femme congolaise se plait √† festoyer comme au nouvel an, comme pour oublier ses peines. Or, cela continue √† profiter √† son bourreau qui la saoule apr√®s l’avoir viol√©e (une mani√®re de lui effacer la m√©moire et de nouveau passer √† l’acte).
Le 8 mars s’annonce avec couleur nationale. Au lieu de commencer le mois avec des th√®mes, des sujets √† traiter et des conf√©rences √† organiser qui cadre avec la situation f√©minine pour interpeler et d√©noncer, le peuple bambochard s’habille en pagnes (trouv√© avec peine mais ne r√©sout cependant pas la difficult√© du genre f√©minin). Elle s’est vendue contre un pagne avec lequel elle va r√©clamer ses droits. S√©rieux ? C’est un peu comme allumer un feu sous la pluie ne trouvez-vous pas ? Ou encore se s√©cher les cheveux la t√™te sous l’eau.
J’ai vu des filles se donner aux hommes pour avoir le pagne du 8 mars. Une telle fille, quand est-ce qu’elle pourrait hausser le ton pour ses droits bafou√©s ?
Sortir piqueniquer, aller en boite, v√™tu en pagne entre quelques bouteilles de bi√®res. A quel rapport avec votre cause dames ? C’est cracher sur la m√©moire de celles qui ont lutt√©, de celles qui luttent chaque jour (et non un seul jour comme c’est le cas) pour la cause f√©minine.
Alors dames, s’habiller en pagne n’a rien de mauvais, si pour vous c’est une mani√®re de promouvoir votre culture. Faites-le, mais de gr√Ęce, avec dignit√© !

Le 8 mars est une journée de réflexion et de partage
Et non une journée de distraction et dérapage,
Elle est une journ√©e d’√©change et non de brouillage.
Le 8 mars est une journée consacrée à la lutte des droits de la femme
Et non une journée concentrée dans des huttes à exprimer sa flamme.
Le 8 mars est une journée de reconnaissance des femmes pour leurs actions
Et non une journée de désobéissance résumée aux érections.
Le 8 mars est une journée internationale des femmes
Et non une journée internationale des pagnes et champagnes.
Quel est votre avis ? Comment cette journ√©e est-elle c√©l√©br√©e dans ton milieu ?




mercredi 7 mars 2018





Parce qu' une femme est une lumière,
Elle chasse les ténèbres.
Parce qu'elle est une fleur,
Elle répand sa bonne odeur.

Chaque jour elle se lève de bonne heure.
C'est elle qui fait notre bonheur.
Partout o√Ļ elle passe, elle apporte sa bonne humeur.

Elle, c'est Sepy.
Elle est ma vie.
Elle est Ma mutajiri.
Elle a un coeur en or.
Je l'appelle Ange Trésor.
Elle est celle pour qui le ciel a dit  qu'il n'est pas bon que je sois seul.
Mon √Ęme soeur,
Et mon coeur.

Elle, c'est Cathy.
Ma mère et épouse de mon père.
Elle a coeur grand comme une mer.
Comme Sarah, √† chaque bonne nouvelle, elle rit.
Elle m'a appris les premiers pas,
Et m'a servi mon premier repas.
Une dame hors du commun.
C'est elle qui m'enfanta au mois de mai.

Elle, c'est Marie Béatrice.
Elle n'est pas une cantatrice
mais sa voix a bercé notre enfance.
symbole de persévérance,
Jumelle de fidélité.
Elle est la définition de patience.

Elle, c'est Marie desanges.
Servante du Grand Roi.
Porteuse de vie et femme sage
Elle mérite nos hommages.
Son coeur g√©n√©reux n'a pas d'√Ęge.

Elle, c'est Rosette.
Elle n'a rien de La fayette.
Pourtant dans son assiette,
bont√©  et g√©n√©rosit√© ne manquent jamais.
Elle fait du bien avec son √Ęme et dans le calme et ce, en d√©pit de ceux qui la hargnent.

Elle, c'est baraka.
√Čpouse de papa Ilunga,
Servante de Jehovah.
Un modèle pour plusieurs. Elle aime en tout temps

Elle, c'est Murielle.
Petite et belle soeur de Lutala Christelle.
Son coeur de mère n'a rien de bagatelle.

Elle, c'est Olga.
Ma soeur et confidente en même temps,
Elle est l'incarnation  d'abnegation.

Elle, c'est M. Jessica.
Très bonne conseillère, genereuse et loyale dans tout le cas.


Elle, c'est Harmonie.
En herbe, elle est une génie.
Elle s'appelle Merlene.
Elle a un coeur sans haine.
Je l'appelle aussi Monini.

Elle, c'est Sarah.
Petite soeur de sang,
Elle n'est pas Mara.
Elle est d'une intelligence intelligente
Elle vise aussi le doctorat.

Elle, c'est Beno√ģte.
Petite soeur de sang, je l'appelle Ma beate.
Elle n'a pas de mains moites.

Elle, c'est Mazebo.
Elle naquit après le règne de Ki-Zerbo
Tout ce qu'elle fait est beau.

Elle, c'est Dorcas.
Porteuse de gr√Ęce,
elle ne fait rien qui agace.

Elle, c'est Geneviève.
Son coeur d'enfant,
Fait d'elle une femme de rêve.

Elle, c'est gr√Ęce.
Elle ne croit pas en la chance.
Tout ce qu'elle fait laisse des traces.

Elle, c'est Jo√ęlle.
Elle a le zèle.
Pour son Homme,
elle est une perle.

Elle, c'est Fa Katuala.
Pour son Ibuabu,
elle est toujours là,
Et prête à aller jusqu' au bout.
Son aura ne conna√ģt pas de hol√†.

Elle, c'est  Prudence.
Son ma√ģtre mot est excellence.
Son regard jovial est contageon.
√Čpouse, m√®re et soeur en m√™me temps.

Elle, c'est Upio Ornella.
Sa générosité n'a pas de limite.
Son visage est toujours peint de sourire malgré les aléas.
En Christ, sa vie est un gala.

Elle, c'est Aima Cynthia.
Elle est une tirtsa.
pourtant elle n'est pas mère Teresa.

Elle, c'est Benita.
Elle n'est pas de Buta.
Amie, soeur et épouse en même temps.
Elle est d'une race qui ne revient qu'après 100 ans.

Elle, c'est Elle.
Elle porte tout l'univers.
Elle travaille avec ardeur.
Certains la surnomment dame de fer.
Pourtant elle est notre  amie, soeur, √©pouse et m√®re.
Elle fait tout avec ferveur.
Elle est pleine de zèle.
Elle vole sans ailes.
Parce qu'elle vient du ciel.
La terre n'est rien sans elle.

Parce que c'est ELLE!