Fady ambroisE

Hello ! C'est ici que NOUS partageons sur la vie au quotidien : poèmes, pensées, analyses et interviews. N'hésitez pas à nous laisser vos avis en commentaire !

Abonne-toi par email 📩

dimanche 14 juin 2015

L'enfance de mon enfance


Ça me manque mon enfance. Ça me manque ces années où je ne savais pas grand-chose de ce monde. Où j'avais encore en moi, le pouvoir d'enfants. 

Ça me manque ces années qu'on jouait sans se soucier des vêtements, sans se soucier de ce qu'on allait manger le soir. 

Ça me manque ces moments entre amis où régnait parmi nous, l'esprit de la créativité. Où on ne se souciait pas d'avoir des jouets neufs parce qu'on en fabriquait. Où on pouvait reproduire et concevoir des jouets à base de : babouche, plastique, fil de fer, et bambou. 
Oui, ce ne sont pas les moyens qui manquaient à nos parents, mais on n'était plus de génie que des joueurs. 

Aujourd'hui que ça me traverse l'esprit, je me souviens à peine de quelques-uns de vos prénoms, de vos visages et de vos voix. Je ne crois même pas pouvoir vous reconnaître en route dès la première vue. Ledoux KIMBILA j'ai failli même ne pas te reconnaître quand je t'ai revu pour la première fois 8 ans après. Et c'était réciproque j'ai constaté.

L'enfance a un pouvoir qui manque aux adultes. C'est en grandissant que j'ai perdu le mien. Ce pouvoir de rêver, ce pouvoir d'obtenir tout ce qu'on désirait juste en le souhaitant. Oui, je le pouvais ! Toutes mes prières étaient exaucées. Aussi débiles qu'elles peuvent apparaître aujourd'hui, à l'époque elles étaient importantes à mes yeux, ces prières.

Et si on perd ce pouvoir de plus en plus qu'on grandisse, c'est parce qu'on perd également en grandissant notre foi et on arrête de rêver.

L'enfance de mon enfance. 
Moi j'ai un jour rêvé
Mervedi Tshinyama, le cadet des Wishiya


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un vendredi pas comme les autres