Fady ambroisE

Hello 👋 C'est ici que NOUS partageons sur la vie au quotidien : poĂšmes, pensĂ©es, analyses et interviews. N'hĂ©sitez pas Ă  nous laisser vos avis en commentaire !

Abonne-toi par email đŸ“©

dimanche 28 juin 2015

Attention attention!
L'ambassade turque à Kinshasa a écrit une lettre au ministère des affaires étrangères pour signaler ceci: "Un turque riche à envoyer plusieurs conteneurs de poulets atteint de la grippe aviaire, faute de prudence de nos services de sécurité et de contrôle les poulets atteint sont déjà sur les marchés kinois".
En effet, il est strictement interdit de consommer en général le poulet jusqu'au nouvel ordre ministèriel.
Les poulets wilki, mutakala et autre tue désormais. Les infos passe sur la chaîne Tv Moliere et autre chaîne.
Alors il faudra donc se passer des poulets momentanément ainsi que ses produits dérivés comme le Shawarma, Pizza, ...etc à base de poulet.
À bon entendeur!

mardi 23 juin 2015

A peine réveillé je souris.
Je ne sais pas trop la raison pour laquelle ça m'arrive. 

C'est sĂ»rement dĂ» aux multiples rĂȘves effectuĂ©s dont aucun n'est mĂ©morisĂ©,
Aux rayons du soleil qui viennent de pĂ©nĂ©trer la chambre Ă  travers les rideaux de la fenĂȘtre. 

En tout cas malgré cette lumiÚre, suis de bon humeur.
MalgrĂ© le rhume qui me bouche les narines, suis de bon humeur. 

Oh la! J'ai l'impression que je rime! 
Alors fallait-il ĂȘtre enrhumĂ© pour rimer ? Non je crois pas.
Car ça voudra dire Ă©galement qu'il faudrait se droguer pour draguer ou porter des bagues pour blaguer? Non. 

C'est juste que je suis de bon humeur et je souris Ă  mon tour au soleil. 

Comme le rhume ne m'a pas brumĂ© l'humeur encore moins mon humour. 

Alors, je souris!

samedi 20 juin 2015

Kananga Maladji Wa Shinga!
Vous avez sĂ»rement entendu parler d'une fille qui a Ă©tĂ© repĂȘchĂ©e dans une riviĂšre morte embrassant le crocodile?
Oui c'est pourtant vrai. Un motard qui transportait deux filles se sont jetĂ©s dans la riviĂšre Lulua.
Une fille a Ă©tĂ© repĂȘchĂ©e morte aprĂšs deux jours, le motard meurt les jours aprĂšs Ă  l’hĂŽpital Tshikaji suite aux fractures.
Et dimanche 10 mai le corps de la deuxiĂšme fille a Ă©tĂ© retrouvĂ© embrassant un crocodile! Donc la tĂȘte de la jeune fille dans la gueule du crocodile. Chose Ă©tonnante, le crocodile Ă©tait mort Ă©galement avec elle.

Alors plusieurs hypothĂšses tourne autour du sujet. La fille est morte. Oui, mais comment le crocodile a trouvĂ© la mort? 

mercredi 17 juin 2015

Exceptionnelle leçon de vie
Un jour, une femme a aperçu un mendiant, assis sur un trottoir dans la rue..
Elle s'est approchĂ©e de lui et comme le pauvre est dĂ©jĂ  habituĂ© Ă  ĂȘtre humiliĂ© par tous, il l'a ignorĂ©e..
Un policier, observant la scÚne, s'est approché :
– il vous importune ?
Elle a répondu :
– d'aucunes façons, j'essaye de l'emmener jusqu'Ă  ce restaurant, parce que je vois qu'il a faim et il est mĂȘme sans forces pour se lever. Vous, la Police m'aideriez-vous Ă  l'emmener jusqu'au restaurant ?
Rapidement, le policier aida le pauvre homme qui n'en croyait pas ses yeux.
En arrivant au restaurant, le serveur, qui est allé les aider, dit sans aucune réaction :
– excuser moi Madame, mais il ne peut pas rester ici. Il va faire peur Ă  mes clients!!!
La femme vexée, a soulevé les yeux et dit :
– vous savez que l'Ă©norme entreprise-lĂ  en face, trois fois par semaine, leurs directeurs viennent ici avec des clients faire des rĂ©unions dans ce restaurant ! Et je sais combien d'argent ils vous laissent ici, et c'est ce qui maintient ce restaurant. Et je le sais, car, je suis la patronne de cette entreprise. Alors je peux rester ici manger avec mon ami, oui ou non ?
Le serveur fit un signe positif de la tĂȘte et le policier qui observa la scĂšne, en fut stupĂ©fiĂ©, et le pauvre homme, trĂšs Ă©mu Ă  ce moment-lĂ , laissa couler une larme.
Quand le serveur recula, l'homme demanda :
– merci Madame, mais je ne comprends pas ce geste de bontĂ©.
Elle lui prit les mains et lui dit :
– tu ne te rappelles pas de moi, Jean ?
– votre visage me dit quelque chose en effet – RĂ©pondit-il – mais je ne me souviens pas d'oĂč.
Elle, les larmes aux yeux, lui dit:
- Il y a un certains temps, moi à peine formée, je suis arrivée dans cette ville... Sans aucun argent en poche... j'avais trÚs faim, je me suis assise à cette place car j'avais un entretien d'embauche dans cette entreprise en face, qui aujourd'hui est mienne. Quand s'est approché de moi, un homme, avec un regard généreux. Tu te rappelles maintenant Jean ?
En larmes, il affirma que oui.
– À ce moment-lĂ , vous travailliez ici. Ce jour-lĂ , j'ai fait le meilleur repas de ma vie, parce que j'Ă©tais trĂšs affamĂ©, et mĂȘme sans forces. Chaque minute, je vous regardais, parce que j'avais peur de vous nuire. J'Ă©tais lĂ  Ă  manger gratuitement. Et quand vous preniez de l'argent de votre poche et le mettiez dans la boĂźte du restaurant, j'ai Ă©tĂ© abasourdie. Et je savais qu'un jour, je vous rendrais l'appareil. J'ai mangĂ© et je suis allĂ© avec plus de forces Ă  mon entretien. À ce moment-lĂ , l'entreprise Ă©tait toute petite ... J'ai Ă©tĂ© acceptĂ©e Ă  l'entretien. Je me suis spĂ©cialisĂ©e. J'ai gagnĂ© beaucoup d'argent et puis j'ai fini par racheter quelques actions de l'entreprise et finalement, je suis devenue la patronne. J'ai fait de l'entreprise ce qu'elle est aujourd'hui. Je vous ai recherchĂ© sans jamais vous retrouver... Jusqu'Ă  aujourd'hui. Je vous vois dans cette situation. À partir d'aujourd'hui, vous ne dormirez plus dans la rue ! Vous venez chez moi ce soir... Demain, nous achĂšterons de nouveaux vĂȘtements et vous travaillerez avec moi ! Ensuite, nous chercherons un logement pour vous.
Ils se sont pris dans les bras, en train de pleurer.
Le policier, le serveur et les autres personnes voyant la scĂšne, ont Ă©tĂ© Ă©bahis en raison de la grande leçon de vie, dont ils venaient d'ĂȘtre tĂ©moins!!!
Moralité de l'histoire :
Aujourd'hui, c'est moi qui suis dans le besoin ... Demain, ça peut ĂȘtre, toi !
Fait toujours le bien ... Et peut ĂȘtre qu'un jour, il reviendra en double pour toi

dimanche 14 juin 2015



Ça me manque mon enfance. 
Ça me manque ces annĂ©es oĂč je ne savais pas grand-chose de ce monde, 
OĂč j'avais encore en moi, le pouvoir d'enfants. 
Ça me manque ces annĂ©es qu'on jouait sans se soucier des vĂȘtements, 
Sans se soucier de ce qu'on allait manger le soir. 
Ça me manque ces moments entre amis oĂč rĂ©gnait parmi nous l'esprit de la crĂ©ativitĂ©, 
OĂč on ne se souciait pas d'avoir des jouets neufs parce qu'on savait en fabriquer, 
OĂč on pouvait reproduire et concevoir des jouets en babouche, en plastique, en fil de fer, ou encore en bambou. 
Oui, ce n'est pas les moyens qui manquaient Ă  nos parents, mais on n'Ă©tait plus de gĂ©nie que des joueurs. 
Aujourd'hui que ça me traverse l'esprit, je me souviens Ă  peine de quelques-uns de vos prĂ©noms, de vos visages et de vos voix. 
Je ne crois pas pouvoir vous reconnaĂźtre en route dĂšs la premiĂšre vue. 
Ledoux KIMBILA j'ai failli mĂȘme ne pas te reconnaĂźtre quand je t'ai revue pour la premiĂšre fois aprĂšs 8 ans. Et c'Ă©tait rĂ©ciproque. 
L'enfance a un pouvoir qui manque aux adultes. C'est en grandissant que j'ai perdu le mien. 
Ce pouvoir de rĂȘver, ce pouvoir d'obtenir tout ce qu'on dĂ©sirait juste en le souhaitant. 
Oui je le pouvais, toutes mes priĂšres Ă©taient exaucĂ©es. MĂȘme aussi dĂ©biles qu'elles peuvent apparaĂźtre aujourd'hui, Ă  l'Ă©poque c'Ă©tait important Ă  mes yeux ces souhaits. 
Et si on perd ce pouvoir de plus en plus qu'on grandisse, c'est parce qu'on perd Ă©galement en grandissant notre foi et on arrĂȘte de rĂȘver.

L'enfance de mon enfance. 
Moi j'ai un jour rĂȘvĂ©