Abonne-toi par email 📩

samedi 3 décembre 2011

Inquiétude à Kinshasa

La peur d'une déflagration
générale lors de l'annonce des
résultats mardi prochain s'est
emparée de la population. Les
plus aisés font des réserves sans
regarder à la dépense dans les
supermarchés hors de prix.
Beaucoup ont passé le fleuve
pour la capitale d'en face,
Brazzaville, où les hôtels
afficheraient complet. Plusieurs
institutions internationales
comme la Banque Mondiale, la
coopération belge, les
ambassades occidentales, ont
demandé à leur personnel
expatrié de prendre des congés
et de s'en aller, ou au moins de
faire partir femmes et enfants.
Vendredi soir le vol de Brussels
Airlines n'avait plus que
quelques places en classe affaire,
obligeant des dizaines de Belges
à opter pour un parcours via
Casablanca avec Royal Air Maroc.
Avant la date fatidique, il ne
reste plus qu'un vol d'Air France
ce dimanche. La compagnie a
déjà annulé celui de mardi
prochain.
Par ailleurs, le « maintient de
l'ordre par protection
électronique » est commencé.
Depuis ce samedi matin, il n'est
plus possible d'envoyer et de
recevoir de messages SMS en
RDC. De bonne source au sein
d'une des sociétés de téléphonie
mobile, un ordre formel a été
donné par les autorités pour
boquer les messages.
Selon Human Rights Watch, au
moins du dix-huit personnes ont
été tuées et plus de cent ont été
blessées entre les 26 et 28
novembre. L'incident le plus
grave s'est produit le 26 lorsque
la Garde républicaine a tiré sur la
foule. Témoignage d'Ida Sawyer
de HRW.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire