Fady ambroisE

Hello ūüĎč C'est ici que NOUS partageons sur la vie au quotidien : po√®mes, pens√©es, analyses et interviews. N'h√©sitez pas √† nous laisser vos avis en commentaire !

Abonne-toi par email ūüď©

mercredi 26 janvier 2011

En date du 22 janvier 2011 L'ULK a organisé un Match à la FIKIN opposant les anciens vs nouveaux et les anciennes vs les nouvelles pour se familiariser
et souhaiter bon arriver aux nouveaux

Et les nouveaux se sont inclinés à 2-0

























lundi 24 janvier 2011

En tant que jeunes, nous sommes obligé par le Souverain Sacrificateur Kadima, notre modèle de mettre en pratique tous les principes capitaux pour nous jeunes Sacrificateurs qui sont:
  1. Un jeune Sacrificateur doit conna√ģtre Dieu du S.S. Kadima ;
  2. Un jeune Sacrificateur doit étudier ;
  3. Un jeune Sacrificateur doit avoir une bonne moralité ;
  4. Un jeune Sacrificateur doit conna√ģtre un m√©tier (Travail).




-->
AVERTISSEMENT
Ceci est la r√©plique exacte du r√©cit du proph√®te qui est un livre qui relate des √©v√®nements extraordinaires, v√©cus par l’auteur, KADIMA BAKENGE MUSANGILAYI, dans la ville de Kananga, province du Kasa√Į Occidental, en R√©publique D√©mocratique Du Congo, au mois de novembre 1963.
Les membres de sa famille ainsi ses voisins et m√™me le Gouverneur de la province du Kasa√Į Occidental √† l’√©poque, Fran√ßois LWAKABUANGA MUKUNGUNSHI, ont assiste pantois √† ces √©v√®nements sans savoir trop ce qui se passait.
Ce r√©cit n’est ni une fiction, ni un roman fantastique, encore moins une histoire d’honneur ou une l√©gende racont√©e
D’o√Ļ, nous recommandons au lecteur,quelles que soient ses convictions,de lire sans essayer d’interpr√©ter, afin de d√©couvrir ce ph√©nom√®ne extraordinaire qui arriva √† un √™tre humain, notre contemporain, un congolais, KADIMA BAKENGE MUSAGILAYI , en novembre 1963.
L’√©diteur

INTRODUCTION

Consid√©rant l’importance et l’ urgence du message de la parousie que j’apporte √† l’humanit√© , mon but n’est pas de l’ex√©g√©ter, mais de placer mes lecteurs en contact direct avec les paroles inspir√©es de Dieu, telles qu’elles m’ont √©t√© adress√©es.
C’est pour cette raison que je demanderais √† mes lecteurs de lire attentivement et de comprendre profond√©ment l’ex√©g√®se de Dieu lui-m√™me sur ce message en vue d’en d√©couvrir, √† la lumi√®re du saint esprit, le secret divin qui y est cach√©.
Il s’agit ici du langage proph√©tique par l’esprit de Dieu, car la parole de Dieu s’interpr√®te elle-m√™me, d’o√Ļ Dieu en est le seul ex√©g√®te.
L’auteur,
Prophète KADIMA BAKENGE MUSANGILAYI
Souverain Sacrificateur
1. NOTICE BIOGRAPHIQUE
1. Mon nom est KADIMA BAKENGE MUSANGILAYI, descendant d’une famille chr√©tienne presbyt√©rienne, fils de David BAKENGE et de Naomi KAPINGA , n√© le 23 juillet 1928 , dans le Territoire de Luebo , district du kasai ,province du Kasa√Į occidental , mari√© religieusement √† LUSE KANUSHIPI,fille de Samuel KANUSHIPI et de Marthe NTUMBA , n√©e √† Luebo en 1934.
2. Je suis originaire de la tribu lulua, du groupement de Bakua Mulamba-Kanga, secteur de Tshibote, territoire de Demba, district de la lulua, province du kasai occidental, République Démocratique du Congo.
3. J’ai fait mes √©tudes primaires et secondaires √† Luebo de 1936 √† 1947.
4. J’ai exerc√© successivement les fonctions suivantes :
- Enseignant √† l’√©cole protestante de luebo de 1947 √† 1950
- Commis colonial à la base Métropolitaine de Kamina, province du Katanga, de 1950 à1960.
- Secr√©taire charg√© des affaires sociales au service de L’ONUC, de 1961 √† 1963 √† Kamina et √† Kananga.
5. Le 22 novembre 1963, je fus institu√© sacrificateur au cous d’une r√©v√©lation de DIEU dans ma maison sise avenue Makolo, n° 7, dans commune de katoka, ville de Katanga, province du kasai occidental.
6. De 1973 √† 1977, je fis mes √©tudes th√©ologiques successivement √† l’institut sup√©rieur de th√©ologie de Kananga et √† l’institut sup√©rieur de Mulunguishi au katanga. Ces √©tudes furent sanctionn√©es par un dipl√īme de graduat professionnel en th√©ologie.

2. SONGE DES COLOMBES
1. L’an 1963, troisi√®me ann√©es de l’ind√©pendance du Congo, pendant que je dormais dans ma maison situ√©e sur l’avenu Makolo, n°7, dans la commune de Katoka, ville de Kananga, province du kasai occidental.
2. Je vis en songe le ciel s’ouvrir et une colonne de colombes blanches descendre et se poser sur le toit de ma maison.
3. Ma fille a√ģn√©e KAPINGA KADIMA LUSE en saisit une et me la posa sur l’√©paule gauche ;
4. Mon fils BAKENGE KADIMA LUSE en saisit une autre et la posa sur l’√©paule droite.
5. Ainsi se termina le songe.

3. KADIMA FILS DE DIEU
1. Apr√®s le songe, l’√©ternel me parla √† travers la voix et les visions extatiques.
2. Mardi soir, le 19 novembre 1963 vers 19 heures 30’ en train de causer avec ma famille
3. L’esprit de dieu me recommanda d’entrer dans la maison pour lire la Bible, √©p√ģtre de saint Paul, aux romains, chapitre 7.
4. Pendant que je lisais, je pleurais et mon cŇďur battait fortement.
5. J’entendis la voix : « Mon Fils KADIMA, mets-toi √† genoux ».
6. Je répondis spontanément : Oui Père.
7. Subitement, je me  prosternai face contre terre.
8. La voix me dit encore : « Mon fils, merci, ton √©pouse et toi, pour le service de la procr√©ation que vous avez rendu.
9. Ton travail terrestre a réellement porté ses fruits
10. Voici, je te confie une nouvelle mission ;
11. Appelle ta femme et tes enfants ».
12. Lorsque, du dehors, mon √©pouse m’entendit dialoguer avec une personne invisible en pleurant,
13. Elle entra vite et cria √† notre fille a√ģn√©e KAPINGA KADIMA LUSE :
14. « Viens voir ton p√®re s’entretenir avec DIEU ».
15. KAPINGNA entra, accompagn√©e de ses fr√®res et sŇďurs.
16. Toujours inclin√© face contre terre, la voix me dit : « l√®ve-toi, place tes filles et leur m√®re √† ta gauche, tes fils √† ta droite et formez un cercle ».
ASCENSION
17. « Regarder au ciel. Et vous serez √©lev√©s dan le royaume des cieux.
18. Seul ton fils BADIBANGA restera, car c’est un lion qui dominera le monde.
19. Le transmis fid√®lement les m√™mes paroles √† ma famille qui m’entourait ».
20. Ensuite, la voix me dit : prends l’enfant BADIBANGA, place-le au milieu du cercle car sa m√®re s’est attrist√©e.
21. La qui ma dit encore : « Maintenant vous serez √©lev√©s aux cieux ».
22. En ce moment, je me sentis ravi comme dans un ascenseur.
23. Lorsque je suis arriv√© √† destination, la voix me dit : « voici je te confie m a mission que tu doit accomplir sur terre, et tu vas rentrer.
24. Alors, je me vis sur tr√īne entour√© d’un arc-en-ciel.
25. Avant mon retour sur la terre, la voix me dit : voici, j’invite tous les empereurs et ses rois du monde ».
26. Apr√®s, je vis tous les empereurs et rois rassembl√©s devant le tr√īne
27. La voix me pr√©senta √† eux et dit : « vous toux empereurs et rois du monde de t√©n√®bres, vos empires et royaumes ont pris fin.
28. VOICI MON FILS QUE J’AI CHOISI ET INSTITUE SACRIFICATEUR ».
29. Le seigneur me dit encore :« √īte ta chemise ».
30. J’√īte ma chemise et mis son doigt sur ma cote droite.
31. Je d√©clarai devant les empereurs et rois : « mon seigneur, regarde l√† o√Ļ je fus perc√© d’une lance ».
32. Aussit√īt, je vis tous les empereurs et rois se prosterner devant le tr√īne, seul, le pr√©sident KASA-VUBU resta debout.
33. La voix lui dit : puisque tu ne t’est pas prosterner, ton pouvoir √† pris fin. soudain je vis un grand √©clair et KASA-VUBU se prosterna √† son tour. Et seigneur me dit : porte ta chemise
34. La voix me dit : maintenant tu rentres pour accomplir la mission que je t’ai confi√©e
35. soudain je revins à moi et me trouvai debout dans ma maison.
36. La voix me demanda : Est-tu bien retourn√© sur terre ? je r√©pondis, oui. Et la voix me demanda encore : pour savoir que tu es bel et bien retourn√© sur terre, que vois-tu ? je r√©pondis que je voix un f√Ľt. la voix me demanda : qu’y a-t-il dans ce f√Ľt ? je r√©pondis : de l’eau. La voix me dit : effectivement, tu es bien arriv√©.

4. GLOIRE DU SEIGNEUR
1. Je vis la lumière pénétrer dans ma maison au-dessus de la porte.
2. Je dis à mon épouse et à mes enfants : réjouissons-nous car la gloire du seigneur est entrée dans notre maison
3. j’entonnai le cantique protestant. « IYAKU MUKELENGE » (vient seigneur).
4. apr√®s ce cantique, la voix me dit : « sors de cette maison et chante la victoire ».
5. je sortis avec mon √©pouse et mes enfants, et la voix me dit : « applaudissez et proclamez : nous avons gagn√©s ».
6. je transmis fid√®lement ce message √† ma famille et ensemble nous applaud√ģmes et cri√Ęmes « NOUS AVONS GAGNE ».
ETOILE DE L’EST
7. regardant √† l’Est, je vis une √©toile brillante se diriger vers moi suivi de trois hommes mont√©s sur les √Ęnes, tenant des sacs √† mains.
8. l’√©toile √©tant arriv√©e au-dessus du lieu o√Ļ je me trouvais, elle s’arr√™ta. Alors, les trois hommes descendirent, se prostern√®rent √† mes pieds et m’offrirent leurs sacs.
9. je dis à mon épouse et à mes enfants, accueillons les visiteurs.
LES LIVRES
10. Lorsque nous entr√Ęmes dans la maison, j'entendis la voix qui me dit, « prends des livres pour ta misons ».
11. En ce moment, j’entendis des livres tomber dans l’armoire, lorsque j’ouvris l’armoire pour les prendre, je n’y vis rien.
DEUXIEME ETOILE
12. puis, la voix me dit : « sors avec ton √©pouse et tes enfants, suivez l’√©toile ».je sortais avec ma famille en suivant l’√©toile jusqu’√† traverser la route. L√† elle disparut.
13. Ensuite, la voix me dit, « retournez parce que c’est l’aube, le jour va bient√īt para√ģtre ».
14. Nous retourn√Ęmes √† la maison et j’entrai dans ma chambre √† coucher pour me reposer.
5. VICTOIRE SUR QUATRE MONSTRES
1. mercredi soir, pendant que je me retrouvais assis sur mon lit, appara√ģt soudainement √† ma gauche, un l√©opard, au-dessus de moi un serpent et sur la table un crocodile.
2. le l√©opard ouvrit sa gueule pour me d√©vorer, je criai fortement : « seigneur ! » et il se transforma en masque ; le crocodile aussi.
3. le serpent lui, se transforma en corde de raphia.
4. je dis à mon épouse : sortons de cette maison.
5. avant de sortir, j’entendis une voix murmurer : « tirez sur lui car toutes les puissances envoy√©es pour l’attaquer ont √©chou√©, utilisons maintenant notre derni√®re puissance ».
6. puis, je vis un monstre semblable √† un squelette humain commun√©ment appel√© chez lulua « NKUEMBE », seigneur des esprits d√©moniaques.
7. ce monstre venait s’attaquer √† moi et je criai : seigneur ! d’un coup, ce squelette humain se transforma en bambous.
8. lorsque je voulus m’√©chapper, une arm√©e satanique ouvrit le feu sur moi.
9. voyant que leurs balles bien que m’atteignant, demeuraient sans effets, ils ses communiqu√®rent : « cet homme se transforme, il est sorcier ».
10. la voix me dit : « prends de l’eau et exorcise-les ».
11. poursuivi par d’autres puissances sataniques, je courus me r√©fugier chez un pasteur presbyt√©rien, r√©v√©rend Andr√© DIESE LELU, qui apr√®s m’avoir entendu, s’√©tonna, me reconduisit chez moi o√Ļ il pria.
PENDAISON A L’ARBRE
12. Apr√®s avoir triomph√© de ces forces sataniques et de leur chef supr√™me « NKUEMBE », la voix me dit : « sors de la maison et vas au ruisseau de Kele-Kele »
13. je sortis en courant vers le ruisseau. Pendant que courais, je tombai dans un canal car j’√©tais poursuivi par des forces sataniques qui m’accusaient d’avoir ravi leur pouvoir.
14. je me mis debout et leur criai : pourquoi me poursuivez-vous ? pourquoi me faites-vous souffrir ainsi, vous dites que j’ai ravi votre pouvoir, moi je ne suis LUMUMBA, quel est votre pouvoir que j’ai ravi ?
15. Apr√®s ces paroles, je me vis transform√© en √©toile filante et mes poursuivants rest√®rent en criant derri√®re moi : « il est parti, rattrapons-le ».
16. je continuai jusqu’au ruisseau indiqu√© o√Ļ la voix me montra l’arbre auquel je devrais me pendre.
17. A l’ordre de la voix, je nouai une manche de ma veste √† l’arbre et l’autre √† mon cou pou me pendre.
18. La voix me dit enfin : « Ne te pends pas, rentre √† la maison ».
19. sous la conduite du saint-esprit, je rentrai chez moi.
20. L√†, mes enfants s’√©taient d√©j√† empress√©s d’avertie mes parents √† la commune de la Ndesha que j’√©tais devenu fou et j’avais disparu.
21. croyant que j’ »tais devenu fou, mes parents d√©cid√®rent de me conduire √† l’h√īpital.

6. TEST MEDICAL
1. Mon √©pouse et notre b√©b√© (fils) KABADI, ainsi que ma m√®re KAPINGA WA BADIBANGA m’accompagn√®rent √† l’h√īpital B.C.K. de kananga.
2. A l’arriv√©e, ma m√®re me pr√©senta) un m√©decin blanc et lui dit : « docteur, je vous am√®ne mon fils, il est devenu fou, il a beaucoup souffert, je vous l’am√®ne pour le soigner ».
3. Le m√©decin m’observa et m’interrogea : « Etes-vous fou »? je luis r√©pondis, nom, je ne suis pas fou. Il me demanda ensuite : « Mais avec qui conversez-vous ? «Je lui dis que je m’entretiens avec mon Seigneur.
4. O√Ļ est-il, votre seigneur ? « R√©pliqua-t-il, je r√©pondis : il est au ciel.
5. le m√©decin indiqua du doigt mon fils dans la bras de sa maman et me demanda : « connaissez-vous celui-ci ? Je lui r√©pondis : oui, c’est mon fils, KABADI. Puis il indiqua ensuite mon √©pouse et demanda si je la connaissais, je lui r√©pondis : oui, c’est mon √©pouse, lues KANUSHIPI; il indiqua enfin ma m√®re et demanda : et celle-ci, la connaissez-vous ? je r√©pondis : oui, c’est ma maman, KAPINGA WA BADIBANGA. C’est elle qui m’a mis au monde.
6. apr√®s avoir entendu ces r√©ponses, le m√©decin sourit, se tourna vers ma m√®re et lui demanda : « s’attaque-t-il aux gens ? non, r√©pondit-elle.
7. apr√®s cette consultation, le m√©decin constata que je n’√©tais pas fou. Il demanda √† un infirmier de me garder dans une salle d’observation sous la surveillance de ma m√®re.

7. . SECONDE ASCENSION
1. Le soir vers 20 heures, dans la salle d’observation, L’Ange de L’Eternel me dit : sort de cette salle et suis-moi.
2. Je sortis, tenant ma bible et suivis l’ange jusqu’en dessous du spin qui √©tait en face de la salle
3. Sous le sapin, l’ange me dit : le seigneur m’a envoy√© te prendre. Trois rois se sont d√©j√† r√©unis avec lui, il n’y a que toi qui manques allons-y imm√©diatement.
4. Apr√®s ces paroles, je sentis une forte chaleur me monter √† partir des pieds, vers la t√™te. Lorsque la chaleur arriva au niveau des cuisses, je sentis une tr√®s forte br√Ľlure √† la cuisse, au niveau de la poche. Elle br√Ľlait la cuisse et le pantalon.
5. L’ange me dit : « sors la pi√®ce de monnaie qui est dans ta poche ». je sortis vite une pi√®ce de monnaie qui √©tais dans ma poche et la jeta.
6. Lorsque cette chaleur monta jusqu'à la tête, un vent violent souffla soudain et je me sentis ravi spirituellement et physiquement.
7. Cependant, mon √©pouse et ma m√®re qui me suivaient m’emp√™ch√®rent en m’embrassant. Alors je m’adressais au Messager en ces termes :
8. Ma famille a beaucoup souffert √† de moi, aie piti√© d’elle.
9. L’ange r√©pondit, » je vais donc rapporter cela √† mon seigneur ». Puis nous rentr√Ęmes dans la salle. Mon √©pouse et ma m√®re barricad√®rent de la porte avec des lits et des chaises pour m’emp√™cher de sortir.
10. Pendant que je dormais, l’ange revint me r√©veiller et dit : « j’ai d√©j√† fait tomber un profond sommeil sur ton √©pouse et ta m√®re. Elles s’endorment ».
11. En suite l’ange me dit de d√©gager les lits et les chaises qui barricadaient la porte. Je le fis minutieusement.
12. L’ange me dit de sortir et m’indiqua une salle voisine, inoccup√©e, j’y entrai. Alors, il me recommanda de me coucher sur le dos, les bras lat√©ralement tendus et les yeux ouverts vers le ciel.
13. L’ange m’ordonna de r√©citer la pri√®re du seigneur.
14. Pendant que je priai, j’entendis a ma gauche, une voix qui m’accompagnait la m√™me pri√®re. En voulant l’√©couter, je me confondis ma pri√®re.
15. Soudain, je sentis mes bras et mes pieds fortement lies avec les fils de fer.
16. Soulevant la un peu la t√™te, je vis le monstre qui me liait les pieds : l’esprit me fit d√©couvrir que c’√©tait l’√©toile de mer.
17. Ensuite, je vis tomber du ciel des substances blanches, semblables à la neige, qui humectaient mon corps.
18. Et tout d’un coup, les fils d√©li√®rent et une vox vibrante retentit dans le mur et acheva la pri√®re du seigneur qui √©tait interrompue.
19. Cette voix intervint aupr√®s du seigneur en disant : « seigneur, je suis arriv√© aupr√®s de ton serviteur maintenant je l’am√®ne ».
20. Apr√®s l’intervention de l’ange, je me vis lib√©r√©, ravi et accompagn√© du messager.
DETENTION
21. Au cours de cette ascension, nous fumes arr√™t√©s au passage dans un endroit par un seigneur des esprits sataniques des lieux c√©lestes qui s’adressa au messager en ces termes : « o√Ļ vas-tu avec cet homme » ? le messager r√©pondit : « je le conduis aupr√®s du seigneur ».
22. A ces mots, je me vis enferm√© dans un cachot herm√©tique. L’ange interc√©da aupr√®s du seigneur : « seigneur, nous venions vers toi, mais ton serviteur est arr√™t√© ».
23. Apr√®s cette intercession, je me vis imm√©diatement lib√©r√© du cachot. Touchant ma cuisse droite, le seigneur des esprit diaboliques s’exclama : « cet homme a trois corps et une marque sur sa cuisse »!
CINQ SIGNES PROPHETIQUES
24. Quittant ce lieu, nous continu√Ęmes jusqu’√† un endroit o√Ļ un ange tenait le livre de vie. Ce dernier l’ouvrit et y trouva un nom inscrit : « mukuidi » (sacrificateur).
25. Levant les yeux, j’aper√ßus le seigneur. Je me vis alors portant deux ailes. Le seigneur se mit d√©bout, bras tendus vers moi, m’appela.
26. Je m’envolai vers lui. Il m’embrassa et me pr√©senta le si√®ge qui se trouvait en face de lui. Alors, il s’assit sur son tr√īne entour√© d’un arc-en-ciel. Deux personnages √©taient assis √† ses cotes.
27. Sur la table autour de laquelle nous étions installés, se trouvait un plat contenant des morceaux de pain. Le seigneur en prit un et le fit manger.
28. Apr√®s cela, le seigneur et moi, nous quitt√Ęmes la table et nous dirige√Ęmes vers un groupe des ch√©rubins. Il me pr√©senta aux ch√©rubins et leur demanda : »connaissez-vous celui-ci ? »
29. Oui, r√©pondirent-its « nous le connaissons, il est notre pr√©sident ». Ils m’embrass√®rent et acclam√®rent joyeusement : « KADIMA A GAGNE. Il est digne de retourner sur la terre pour accomplir cette nouvelle mission ».
30. Lorsque j’entendis cela, je protestai et r√©pondis que ma mission terrestre √©tait d√©j√† accomplie.
31. Les ch√©rubins insist√®rent en disant : tu es pr√©sident des ch√©rubins, c’est ta mission».
32. Enfin, nous regagn√Ęmes la table avec le Seigneur. Il me remit un livre et un sceptre dans la main droite et dit :
33. « Ceux-ci sont pour r√©√©difier mon Eglise qui est souill√©e sur la terre ».
34. Ensuite, il donna la main gauche trente mille francs en billets jadis appel√©s conseil mon√©taire. Il me dit encore : « attention, voici ce qui domine actuellement le monde. Le dieu qu’adore l’humanit√©. Cet argent ne te servira qu’au minist√®re de mon Eglise. Tu es sacrificateur, √† pr√©sent tu retournes sur la terre en compagnie des ch√©rubins et des s√©raphins.
35. Soudain, je me vis transformé en une colombe blanche tenant et livre et le sceptre au bec, entouré des chérubins et des séraphins chantant la gloire de Dieu.
36. Avant le retour, le seigneur me dit : « les protestants t’accueilleront les premiers et les catholiques ensuite. La r√©√©dification de mon Eglise d√©bute au Congo, pr√©cis√©ment √† Kananga.
37. ainsi, toutes les nations confesseront ce sacerdoce que j’institue en toi ».

8. RETOUR GLORIEUX SUR LA TERRE
1. En descendant du ciel, nous arriv√Ęmes √† l’endroit o√Ļ L’Ange gardait le livre de vie et o√Ļ le messager qui m’accompagnait √©tait rest√©.
2. Cet Ange gardien du livre de vie, cria : « heureuse la terre ! ».
3. Partis de cet endroit, nous arriv√Ęmes au s√©jour des morts o√Ļ j’entendis les morts crier avec all√©gresse : « Nos fr√®res vivants sur la terre et nous, sommes heureux car le seigneur nous a envoy√© le sauveur ».
4. Les morts me demandèrent de prier pour eux, je le fis.
5. Quittant ce lieu, nous arriv√Ęmes √† un autre endroit o√Ļ les morts se communiqu√®rent d’annoncer au Vatican et √† la Belgique que le seigneur lui-m√™me a institu√© son sacerdoce.
6. Arriv√©s √† un autre endroit avant de regagner la terre. J’entendis les esprits crier : » le juge est descendu sur la terre ».
7. Tout d’un coup, je me vis mont√© sur un cheval blanc au cimeti√®re de Kamuandu dans la commune de la Ndesha, o√Ļ une foule de gens agitant avec all√©gresse des rameaux et des branchettes vertes d’arbres, m’accueillirent.
8. De l√†, nous dirige√Ęmes ensemble vers ma parcelle sise avenue Tshikapa, n°15, dans la zone de la Ndesha.
9. Dans la foule, je reconnus les protestants, je leur demandai o√Ļ √©taient les catholiques ? ils r√©pondirent : « ils viendront, ils tra√ģnent encore √† la paroisse Saint Cl√©ment √† une distance de 3Km ».
10. imm√©diatement, je recouvrai mon √©tat naturel, je me trouvais toujours dans la salle. Alors, j’entendis la voix : « sors de cette salle ». j’ouvris la porte et sortis.
11. ma famille ainsi que ceux qui me cherchaient, me voyant sortir de la salle, √©taient fort √©tonn√©s. Ils m’interrog√®rent « o√Ļ √©tais-tu lorsque nous t’avons cherch√© partout sans te voir » ?
12. je leur répondis que je me trouvais toujours dans cette salle.

9. RECREATION
1. Vendredi matin, dans ma salle d’observation, le seigneur me dit : « maintenant je vais faire sortir ta femme et ta m√®re de cette salle. Et personne ne peut y entre jusqu'√† ce que j’aurais termin√© le travail que j’entreprends avec toi ».
2. Quelques instants apr√®s, des femmes vendant de ma√Įs et de termites arriv√®rent devant la salle. Ma famille sortit pour acheter ces aliments.
3. Puis, la voix me dit : « agenouille-toi » je le fis.
4. Le seigneur dit : « je vais te recr√©er maintenant »
5. A cet instant, je vis ma t√™te plac√©e sur une table d’op√©ration le cr√Ęne ouvert, le doigt du seigneur travaillait les nerfs de mon cerveau et enfon√ßa dans mon front un corps blanc sous forme d’un caillou.
6. Alors le seigneur me dit : « voil√† je t’ai recr√©e ».
7. Apr√®s la recr√©ation, je me vis habill√© d’un costume royal, des chaussures, d’une couronne et tenant un sceptre √† la main droite, le tout en m√©tal blanc.
8. Pendant que j’√©tais √† genoux, le seigneur me dit : « un homme viendra en voiture te prendre avec l’intention de t’amener au centre neuropsychiatrique de Katuambi.
9. Mais, tu n’y iras pas puisque tu n’es pas fou ».
10. A l’instant m√™me, je vis venir en voiture mon cousin Andr√© MUSONGELE KETTHE. Ma m√®re lui fit signe de me prendre.
11. La voix me recommanda de sortir et d’aller √† sa rencontre pour le saluer. Je sortis et je lui dis bonjour. Et je l’interrogeai : comment vas-tu ainsi que ta famille ?
12. Eu √©gard √† ce comportement, il remarqua que n’√©tais pas fou. Alors ils s’adressa √† ma m√®re : « pourquoi devons-nous l’amener √† katuambi ? il n’est pas fou, il est normal ». enfin il rentra.

EPILOGUE
LA PAROUSIE
Etymologiquement, ce terme « parousie » vient grec « parousia » qui signifie « pr√©sence ». Ce terme a d√©signe et d√©signe la seconde venue du christ que les √©crits n√©otestamentaires font assimiler au r√®gne absolu de Dieu, r√®gne de paix, de justice, de bonheur et parfaite communication entre Dieu et les hommes.
Cela √©tant, ce r√®gne de paix c’est la R√©v√©lation que j’ai re√ßue de Dieu.
Cette PAROUSIE a été annoncée par plusieurs témoins dont voici quelques uns.
LES TEMOINS
1. La Bible : Exode 19 :5-6 ; Es.9 : 5-6 :61 : 6-9 ; Daniel 2 :21-22 ; 4-5 ;7 :13-14 ; 28-27 ;12 : 1 Mathieu 24-30 ;25 :31-31 jean 14 :3,Actes 1 :7 ; 1 pierre 2 : 9 ; Apoc 5 / 6-10.19
2. LES PROPHETES NOIRS D’AFRIQUE :
Simon KIMBANGU du za√Įre et John MARANGE du sud Afrique.Le proph√®te si, on KIMBANGU a pr√©dit la parousie au Congo (za√Įre) et son r√®gne sera le royaume des sacrificateurs « Ind√©pendance spirituelle ».
Le prophète John MARANGE, comme Esaie et Michée, a prédit le nom du fils de la parousie.
Il a dit : « Dans cette ville de Luluabourg (Kananga) Dieu suscitera un sacrificateur , descendant d’ Abraham » .Il a rendu t√©moignage de cette proph√©tie a ses disciples , les « bapostolo » et √† Monsieur LUAKABUANGA MUKUNGUSHI (ex – Fran√ßois), alors gouverneur de la province de Luluabourg.
3. Apocalypse du souverain sacrificateur KADIMA qui renferme plus de 50 signes messianiques.
4. La conversion ou la transformation intégrale de fidèles sacrificateurs.
5. L’esprit de proph√©ties manifest√© au sein de l’√©glise Evangelique des sacrificateurs.
LOI
L’√©vangile √©ternel que Dieu m’a confie renferme l’unique loi : LA SAINTETE , et de cette loi ressort un grand commandement: « SOYONS DES SACRIFICATEURS SAINTS ».
CONCLUSION
La parousie tant attendue est accomplie, le christ est revenu.
LA PAROUSIE EST LA.
Prophète KADIMA BAKENGE MUSANGILAYI
SOUVERAIN SACRIFICATEUR