Fady ambroisE

Hello ! C'est ici que NOUS partageons sur la vie au quotidien : poèmes, pensées, analyses et interviews. N'hésitez pas à nous laisser vos avis en commentaire !

Abonne-toi par email 📩

dimanche 14 février 2010

L'emblème de l'EES

I. BIOGRAPHIE DU FONDATEUR


Pour avoir la biographie détaillé du prophète  cliquez ici: Le Prophète Kadima Souverain Sacrificateur (S.S.K.)

II. APERCU HISTORIQUE DE L’EGLISE

Pour arriver à la morphologie que présente l’Eglise Evangélique des Sacrificateurs aujourd’hui après plus de décennies, il a fallu tout un processus évolutif allant d’un simple noyau à une institution socialement organisée en passant par des étapes différentes qui se résument en trois grandes périodes qui sont :

  1. De la Révélation au Conseil Supérieur des Sacrificateurs ;
  2. Du Conseil Supérieur des Sacrificateurs à la Communauté Evangélique des Sacrificateurs ;
  3. De la Communauté Evangélique des Sacrificateurs à l’Eglise Evangélique des Sacrificateurs ;

1. DE LA REVELATION AU CONSEIL SUPERIEUR DES SACRIFICATEURS (1963-1965)



La manifestation de Dieu au Prophète KADIMA en novembre 1963 constitue le premier stade de l’expérience religieuse que va vivre le premier groupe d’adeptes que KADIMA s’attire autour de lui, en commençant par sa famille restreinte, c’est-à-dire sa femme et ses enfants, et auquel il révèle et interprète la nature de son message.

Pour ses parents, amis, connaissances et voisins, l’homme KADIMA s’était simplement lancé dans une aventure sans issue ou tout naturellement souffrait de troubles mentaux, raison pour laquelle il a été conduit à l’hôpital sous prétexte de folie.

En 1964, le Prophète KADIMA s’adonne à la vulgarisation du message divin reçu. Il sillonne tous les milieux, principalement religieux, en prônant la transformation intégrale de l’homme pécheur en homme nouveau ainsi que l’unité de la foi et de l’Eglise du Christ.

Nombre de gens provenant de différentes Eglises et sectes religieuses de la place s’intéressent à son message et certains le suivent.

Pour rendre plus concrète l’unité de foi qu’il prêchait, le Prophète KADIMA tente d’unifier toutes les Eglises et sectes religieuses de Kananga, et crée en 1965 un Conseil des Eglises Indépendantes dénommé Conseil Supérieur des Sacrificateurs pour l’unité de l’Eglise du Christ, lequel regroupait les représentants de 125 Eglises et communautés religieuses de la place. Ceci était pour lui une occasion de leur expliquer sa vocation ainsi que le message lui confié par Dieu à travers sa Révélation.

Au fil des jours, ce Conseil était devenu un véritable lieu de rencontre et d’échange des connaissances et d’expériences où chaque représentant exposait et expliquait sa vocation, l’origine de son don spirituel et la façon dont il les utilisait au service de sa communauté.

Au cours de la même année, c’est-à-dire en 1965, le Prophète KADIMA crée une école de théologie qu’il baptise Institut de Théologie des Sacrificateurs dans le but d’aider les représentants et fondateurs de ces différentes communautés réunies et de leur apprendre comment ils devaient partager leurs dons spirituels les uns les autres et les utiliser au profil de l’Eglise Universelle.

2. DU CONSEIL SUPERIEUR DES SACRIFICATEURS A LA
COMMUNAUTE EVANGELIQUE DES SACRIFICATEUR
(1965-1977)




Le Conseil va fonctionner normalement jusqu’en 1969. Les visites des différentes personnalités étrangères, particulièrement les chercheurs étrangers, rendues au Prophète KADIMA apportèrent un souffle nouveau à la dynamique du Conseil.

A partir de ce moment, certains des responsables religieux membres du Conseil, sentant le risque qu’ils couraient de perdre et leur leadership, et leurs fidèles au profit du Conseil qui prenait des dimensions de plus grandes, trouvèrent un prétexte pour quitter le Conseil.

D’où, la même année, une grosse controverse déchire le Conseil Supérieur des Sacrificateurs au sujet du leadership. Un camp se prononce sur l’élection du président tandis que l’autre maintient le Prophète KADIMA comme président en sa qualité d’Envoyé de Dieu et de fondateur. Ainsi, le Conseil éclate en deux groupes dont l’un, qualifié péjorativement par l’autre de « mineurs », lui reste fidèle et se convertit en « sacrificateur » ; Ce groupe est constitué de : KABASELE TSHIPAMBA, TSHINGAMBU MUANZA MANDE, KABANGU Jean-Paul, MUKEDI NGINDU, KANKONDE NTUMBA, KALALA MUAMBA MUNDI, TSHIMBUMBU Alphonse, KAPUKU MUFUTA, MPUNGU UTSHU, MUKENGE MPENGE, TSHIBITSHIABU Etienne, MUAMBA Adolphe, BAMOYO KANYINKU, KUMUAMBA Raymond, KUBI Emmanuel, TSHIMANGA KANKONDE et TSHIBOBA KAYEMBE.

Le groupe du Conseil Supérieur des Sacrificateurs resté fidèle au Prophète KADIMA se développe et prend la forme d’un véritable communauté religieuse sans dénomination précise er non reconnu par l’Etat, mais exerçant ses activités sous formes de groupe de prière.

De proche en proche, le mouvement s’intensifie, le message de KADIMA atteint progressivement différents coins de la Province de Kasaï Occidental et du pays au moyen de l’évangélisation faite par ses disciples en déplacements d’affaires, de trafic, en mutation de service, en voyage privés, etc.

C’est ainsi que parmi les principaux missionnaires de KADIMA ayant apporté le message de KADIMA en dehors de Kananga, on compte les sacrificateurs KANKU NTUITE MALOBA pour l’axe de Tshikapa et NGINDU KALAMBA pour la province du Katanga. Ce dernier n’est plus sacrificateur.

En 1977, le Prophète KADIMA apprête le dossier du Conseil débaptisé et rebaptisé « Eglise Evangélique des Sacrificateurs », et participe à la 4ème session du Synode National de l’Eglise du Christ au Zaïre, aujourd’hui l’Eglise du Christ au Congo, qui eut lieu au Lac Munkamba du 31 juillet au 6 août 1977. Au terme de ce Synode, le Conseil Exécutif de l’Eglise du Christ au Zaïre décide d’accepter 30 nouvelles communautés au sein de la famille protestante du Congo. Parmi les 30 nouvelles communautés agréées figure l’Eglise Evangélique des Sacrificateurs. Celle-ci se verra admise comme membre effectif de l’Eglise du Christ au Zaïre sous la dénomination « Communauté Evangélique des Sacrificateurs » et devient donc la 73ème Communauté membre de l’Eglise du Christ au Zaïre.

Devenue membre effectif de l’Eglise du Christ au Zaïre, la Communauté Evangélique des Sacrificateurs sera soumise au programme d’action arrêté par l’Eglise de tutelle. C’est ainsi qu’en 1978 déjà, la Communauté participera au séminaire d’orientation organisé à l’intention des Communautés nouvellement reconnues qui s’était tenu au Centre Nganda à Kinshasa.

La même année, la Communauté Evangélique des Sacrificateurs introduit une demande d’agréation de ses écoles secondaires de la province du Kasaï Occidental auprès du Ministère de l’Enseignement Primaire et Secondaire. Ce dernier autorise le fonctionnement des 10 écoles secondaires pour le compte de la Communauté.

Ces écoles confiées à la Communauté Evangélique des Sacrificateurs vont fonctionner normalement jusqu’en 1980, date à laquelle la gestion va lui être retirée par l’Etat à cause de non signature de la convention scolaire et surtout parce que la Communauté ne faisait plus partie de l’Eglise du Christ au Zaïre, et partant sans personnalité civile.

Au cours du Synode de 1978 qui eut lieu à Kinshasa, il a été décidé la radiation de toutes les 30 Communautés membres nouvellement reconnues, parmi lesquelles la Communauté Evangélique des Sacrificateurs.

3. DE LA COMMUNAUTE EVANGELIQUE DES SACRIFICATEURS A L’EGLISE EVANGELIQUE DES SACRIFICATEURS
(1977 à nos jours)





 En février 1979, le Prophète KADIMA introduit auprès du Ministère de la Justice une requête en obtention de la personnalité civile en faveur, cette fois-ci non de la Communauté mais, d’une Eglise Indépendante.





Une année après, l’Eglise Evangélique des Sacrificateurs se voit dotée de la personnalité civile au terme de l’ordonnance présidentielle n°80/123 du 30 avril 1980.

A l’heure actuelle, l’Eglise Evangélique des Sacrificateurs est implanté sur toute l’étendue du territoire national et à l’étranger. Elle présente un effectif de plus de million de fidèles.



III.LA RÉVÉLATION DU PROPHÈTE
Révélation de Dieu À Kadima
LES TÉMOINS



1. La Bible :
Exode 19 :5-6 ; Es.9 : 5-6 :61 : 6-9 ; Daniel 2 :21-22 ; 4-5 ;7 :13-14 ; 28-27 ;12 : 1 Mathieu 24-30 ;25 :31-31 jean 14 :3,Actes 1 :7 ; 1 pierre 2 : 9 ; Apoc 5 / 6-10.19



2. LES PROPHETES NOIRS D’AFRIQUE :


Simon KIMBANGU du zaïre et John MARANGE du sud Afrique.Le prophète Simon KIMBANGU a prédit la parousie au Congo (zaïre) et son règne sera le royaume des sacrificateurs « Indépendance spirituelle ».


Le prophète John MARANGE, comme Esaie et Michée, a prédit le nom du fils de la parousie.


Il a dit : «  Dans cette ville de Luluabourg (Kananga) Dieu suscitera un sacrificateur , descendant d’ Abraham » .Il a rendu témoignage de cette prophétie a ses disciples , les « bapostolo » et à Monsieur LUAKABUANGA MUKUNGUSHI (ex – François), alors gouverneur de la province de Luluabourg.






3. Apocalypse du souverain sacrificateur KADIMA qui renferme plus de 50 signes messianiques.


4. La conversion ou la transformation intégrale de fidèles sacrificateurs.


5. L’esprit de prophéties manifesté au sein de l’église Evangelique des sacrificateurs.


LA LOI DE L'EGLISE EVANGELIQUE DES SACRIFICATEURS :


L’évangile éternel que Dieu l’a confie renferme l’unique loi : LA SAINTETE , et de cette loi ressort un grand commandement: « SOYONS DES SACRIFICATEURS SAINTS ».






La parousie tant attendue est accomplie, le christ est revenu.


LA PAROUSIE EST LA.


Prophète KADIMA BAKENGE MUSANGILAYI


SOUVERAIN SACRIFICATEUR.







 Le jour de son annivrsaire accompagné de son épouse et son fils





Les majorettes de l'église évangelique des sacrificareurs











 Les chorales de l'église évangelique des sacrificateurs

Chorale la trompette du seraphin 


La chorale colombe blanche






Quelques membres du collège

La sacrificature de Kinshasa











 La sacrificature de kikwit



Prophète Kadima
Il faut savoir que l’histoire de L'ÉGLISE ÉVANGÉLIQUE DES SACRIFICATEURS (E E S) est intimement et indissolublement liée à celle de son Fondateur,  Le Souverain Sacrificateur Kadima Prophète qui eu de part de Dieu le Père la mission de réédifier son église souillée sur la terre.
Prophète Kadima dans ténue Sacerdotale 

Le Prophète KADIMA, dont le nom complet est KADIMA BAKENGE MUSANGILA Marc Daniel, est de nationalité congolaise.
Il est né le 23 juillet 1928 à LUEBO, chef – lieu du Territoire qui porte le même nom, dans la Province du Kasaï Occidental.
Il est originaire de la Tribu LULUA, groupement de BAKUA MULAMBA – NKANGA, Secteur de TSHIBOTE, Territoire de DEMBA, dans le District de la LULUA, Province du Kasaï Occidental, en République Démocratique du Congo. Il descend d’une famille Chrétienne Presbytérienne.
Après ses études primaires brillamment réussies à LUEBO même, il fait quatre ans d’études secondaires toujours à LUEBO qu’il termine avec succès en 1947.

Le 15 avril 1948, il se marie religieusement à une fille d’un catéchiste presbytérien du nom d’Esther LUSE KANUSHIPI. 

Le prophète KADIMA et son épouse LUSE KANUSHIPI

De ce mariage naissent treize enfants : KAPINGA KADIMA LUSE (fille), MUBAKILA KADIMA LUSE (fille décédée), BAKENGE KADIMA LUSE (garçon), KADIMA WA KADIMA LUSE (garçon), NTUMBA KADIMA LUSE (fille), BADIBANGA KADIMA LUSE (garçon), KABADI KADIMA LUSE (garçon décédé), MUTSHIPAYI KADIMA LUSE (garçon décédé), NUSUANGANE KADIMA LUSE (garçon), MULAMBA KADIMALUSE (garçon), LUSE KADIMA LUSE (fille), BUTUMBI KADIMA LUSE (garçon).


Le prophète KADIMA et sa famille 
En 1955, il eut une fille du nom de LUSE KADIMA de l’union éphémère avec une femme répondant au nom d’ODIA.
Avant une femme répondant divine dans sa vie en 1963, le Prophète KADIMA a exercé entre autres les fonctions suivantes :
  • Enseignant à l’Ecole protestante de et à LUEBO de 1947 à 1950 ;
  • Commis colonial à la Base métropolitaine de Kamina au Katanga de 1950 à 1960 ;
  • Président du Comité d’Organisation des Festivités de l’Indépendance du Congo-Belge à Kamina en 1960 ;
  • Secrétaire chargé des Affaires Sociales au Service de l’ONUC (Organisation des Nations Unies au Congo) de 1961 à 1963 à Kamina, puis à Kananga (alors Luluabourg).

Du 19 au 22 novembre 1963, l’homme KADIMA reçoit ma Révélation de Dieu au cours de laquelle l’Eternel l’engendre, l’Institue Sacrificateur, le récrée et lui confie la mission de réédifier son église souillé sur la terre.

Au terme de cette intervention divine, KADIMA cesse son travail à l’ONIC et commence aussitôt à prêcher la Bonne Nouvelle, c’est-à-dire sa Révélation, en se basant sue la sainteté et l’unité de l’Eglise de Dieu.

« L’Eglise du Christ, ne cessait-il de proclamer, requiert la transformation intégrale de l’homme pécheur en homme nouveau dans le Christ, un homme saint, une nouvelle créature, un fondement social de paix et d’amour parmi ses semblables ».

Le Prophète KADIMA s’attèle ainsi à la réforme de l’enseignement des ministres de Dieu vers une formation plus spirituelle que livresque de sorte que celui qui termine des études théologiques obtienne, non seulement un diplôme de capacité intellectuelle mais aussi et surtout, une capacité spirituelle, c’est-à-dire le Saint Esprit, seule lumière qui fera de lui un véritable théologien, marchant selon l’esprit de Dieu, capable de convertir les autres âmes à son image.

Entre les années 1965 et 1968, le Prophète KADIMA reçoit tour à tour les visites de différentes personnalités du monde scientifique et religieux, entre autres Mr CREMER et Mlle FOX respectivement sociologue Belge et sociologue Américaine ; Mr David BARRET, Docteur en Théologie et Délégué du Conseil Œcuménique des Eglises à Genève ; Mr et Mme DAVIS de l’Université de Harvard des Etats Unis d’Amérique ; Mr Guy BERNARD, Sociologue Français ; le Révérend Pasteur William CRANE, Secrétaire Général du Conseil Mondial des Eglises à Genève ; et tant d’autres, tous venus en quête d’information sur sa Révélation.


En 1973, sur conseil de Monseigneur Dr BOKELEALE ITOFO, Président National de l’Eglise du Christ au Zaïre (aujourd’hui Eglise du Christ au Congo), qui a été informé du message de la Révélation de Dieu à KADIMA par l’un des missionnaires susmentionnés, spécialement le Révérend Pasteur William CRANE, de faire les études théologiques pour bien défendre la Révélation, le Prophète KADIMA décide de s’inscrire en théologie.

Ainsi, recommandé par Monseigneur BOKELEALE, par le biais du Révérend Pasteur KABEYA MUKITA NGANDU, alors Président du Synode provincial de l’Eglise du Christ au Zaïre, il est inscrit après test d’admission à l’Ecole Unie de Théologie de la Ndesha à Kananga.
Pendant ce temps, l’Eglise Evangélique des Sacrificateurs avait déjà pris corps et comptait quelques dizaines des membres.

A l’Ecole de Théologie, cinq de ses collègues acceptent son enseignement, se convertissent et deviennent ses disciples, il s’agit de TSHISEKEDI KABUKULA, MUTOMBO NKUNYI, KABEYA MUKENGE TSHIPUIDISHI et TSHIABOLA LUABA.


Les autorités académico-religieuses de l’Ecole, informés de la vulgarisation du message de la Révélation et des prédications de l’étudiant KADIMA, l’invitent le 07 mai 1975 à tenir une conférence-débat à l’intention du monde scientifique, du corps académique, des étudiants et du grand public de Kananga sur sa Révélation. Une occasion pour le Prophète KADIMA d’expliquer en profondeur pour la toute première fois le récit de sa Révélation divine.

Ainsi, les autorités ecclésiastiques de la Communauté Presbytérienne au Zaïre, précisément les Révérends Pasteurs BAKATUSHIPA KATOMBE et MBIYA MULUMBA, respectivement Représentants Légaux de la CPZA pour le Kasaï Occidental et le Kasaï Oriental, NSENDA ILUNGA, Secrétaire Général de la CPZA, KABENGELE DIBUE SHAMA, Secrétaire du Presbytère de TSHIBASHI et Monsieur MIKOBI, Modérateur de l’Assemblée Générale, trouvèrent un prétexte en vue de faire partir KADIMA de l’Institut sans avis préalable de l’autorité académique.

Elles décident donc d’exclure l’étudiant KADIMA avec le groupe de cinq de ses collègues convertis. Cette décision fut fortement regretté par les autorités académiques en l’occurrence le Professeur NELSON ELIOTT à l’occasion de la cérémonie de clôture de l’année académique 1974-1975.

KADIMA et le groupe de ses collègues convertis seront, après de dures démarches, admis à l’Institut Supérieur de Théologie Méthodiste de MULUNGWISHI au Katanga (alors Shaba) d’où, ils sortiront en 1977 gradués professionnels en Théologie.

Le prophète KADIMA bénissant sa pâque 

Depuis 1963, date de son divorce d’avec le monde et de sa cessation de travail à l’ONUC, le Prophète KADIMA s’est consacré exclusivement avec amour, fidélité, confiance, persévérance et esprit d’abnégation à la vulgarisation de son message et au ministère de son Eglise jusqu’au 19 février 1999, date à laquelle il a plu à l’Eternel de le rappeler auprès de Lui.

Avant de mourir il dit "je suis parti mais je ne suis pas parti car je suis parmi vous, prier comme si vous me voyez et restez main dans la main" .

Un vendredi pas comme les autres