Fady Ambroise

Hello ! C'est ici que NOUS partageons sur la vie au quotidien : poèmes, pensées, analyses et interviews. N'hésitez pas à nous laisser vos avis en commentaire !

Abonne-toi par email 📬

mercredi 16 octobre 2019

Rétrocommission, un cancer presque rien !

Rétrocommission, un cancer presque rien !

Ça paraît peut-être moins flagrant, vu qu’on est tellement habitué avec le mal et qu’il est devenu presque notre mode de vie et pain quotidien, mais : LA RÉTROCOMMISSION est l’une des maladies qui tuent et ont tué ce pays, la RDC. Elle est une cale au progrès souhaité, elle est une obstruction à la réalisation des promesses (en rapport avec le social du congolais et la paix) faites par le chef de l’État, Félix A. Tshisekedi. Car, aussi bon qu’il puisse être, si il est entouré par des gens, qui, ne partageant pas sa vision ne pensent qu’à se remplir des poches : ça causera sa perte et celui du pays en même temps. Ainsi, je fais un clin d’œil à ceux qui ne jurent que par sa perte : SI LE PRÉSIDENT FÉLIX ÉCHOUE SON MANDAT, C’EST TOUT UN PAYS QUI EN PAIE CASH ! On a donc intérêt de prier, de converger nos efforts et énergies positives pour que ça marche. 

La rétrocommission étant devenue… normale, a tué notre économie ; notre éducation ; des familles ; etc. - Comment peut-on trouver normal qu’un individu qui a 5 à 10 ans d’impaiement d’arriérés de salaires se construise des maisons et envoie ses enfants étudier à l’étranger ? À cause de ce genre de pratiques, beaucoup d’entrepreneurs congolais ne savent s’envoler ou voir leurs business commencer vu les multiples barrières de commissions auxquelles ils doivent faire face. Dieu seul sait combien d’investisseurs se sont vus refuser d’œuvrer en RDC parce qu’ils ne se soumettaient pas à cette pratique. 

En y pensant à fond, je réalise que cette rétrocommission, devenue comme un cancer, est dans l’air qu’on aspire. Elle est dans chaque bien que nous consommons. On la voit chaque jour et on regarde à coté car ce n’est pas un crime : ce n’est pas un crime qu’un enseignant demande aux élèves ou étudiants de l’argent contre la réussite (branchement), ou conditionne ses syllabus ; ce n’est pas un crime qu’un Policier-roulage demande l’argent aux taximen, « mbote ya likaku » ; ce n’est pas un crime qu’une agence de recrutement demande de l’argent aux candidats ; ce n’est pas un crime qu’un employé obtienne une promotion ou avantage contre une relation sexuelle ; ce n’est pas un crime que des violeurs ne sachent jamais à quoi ressemble une porte de prison, … 

Ainsi, les autorités doivent… qu’est-ce que je raconte, ils sont tous dans ça ! Ou du moins presque tous… Bon, quant-à la photo du saut-de-mouton, c’est juste pour souligner l’avancement des travaux de construction de celui du croisement 24 - Boulevard du 30 juin, chose que j’encourage. Hâte de voir à quoi ça ressemble, un saut-de-mouton. Lol. Je me demande même si l’orthographe est correcte. 

En attendant, n’oubliez pas de réserver mon livre, Plume & Flûte👇🏽👇🏽👇🏽

1 commentaire:

  1. Si tu pousses tu pourras découvrir que les recettes de telle société c’est l’argent de poches de la femme ou du fils d’un quidam, comment tu explique l’expression ‘et moi j’y gagne quoi?’ que tout ministre ou n’importe qui qui a l’imperium prononce ?

    Question: As-tu connu ce qu’on a appelé ´article 15´? Ou ´ligne 11´? ou le slogan ´MPR = servir, se servir? Non ´? Fady, notre pays est .... je n’ai pas encore trouvé le mot pour exprimer ce que je ressens,
    Quand tu dit: nous aspirons l’air , 🤔🤔 ... j’étais petite lorsque je disais :’ba zaïrois banokela mbula ya motema mabe, tout le monde s’étant mouillé sauf moi ´. Mais aujourd’hui je me demande ai-je aspiré cet air aussi ? Je suis triste. Notre société est telle que la conscience personnelle encore moins celle collective ne réprime pas le vice. Mets-toi dans la tête de ces gens là 15 minutes puis dans celles de la pauvre maman qui meurt de faim quelque part à Lemba puis dans la tête du garde de corps du fils du président, impayé, affamé qui quémande son transport aux visiteurs de son boss. Fady, je suis pauvre, je côtoie mes semblables c’est une décision, une option.
    Tu sais lorsque tu es à l’université, tu étudie à fond pour réussir et lors de la proclamation tu vois réussir ceux et celles qui ne se sont jamais présentés au cours comme aux examens, tout en criant ‘Merci Seigneur’ cela te change et je suis ce que je suis car j’ai opté pour ne pas normaliser les vices, les maux . L’impuissance n’a pas encore corrompu ma cohérence.
    Je souhaite vivement voir la veuve et l’orphelin, le démunis et les sans noms griffés espérer vivre dans la quiétude dans ce pays sans être rançonné ni matériellement ni moralement .
    De la mme façon qu’ils s’octroient les rétrocommissions de mm qu’ils pensent qu’ils ont droit de vie et de mort sur chacun de nous . TOUT SIMPLEMENT TRISTE.

    RépondreSupprimer

🤗Dites nous ce que vous pensez de cet article !

Abonne-toi par email 📬

Plume & Flûte, un livre de Fa. Wishiya Dibaya aux Éditions Mabiki

Bonjour chers lecteurs et chères lectrices, Ça fait un bail, je sais ! Mais pour me rattraper : je vous amène une bonne nouvelle, ...