Un vendredi pas comme les autres

Chaque vendredi c'est presque pareil, on se lève, on mange aprèss'être lavé, on sort pour l'église, après quelques salutations à la famille, on rentre dormir. Mais celui-ci étaitdifférent (14/7/2017). Est-ce un vendredi 13? 
Après culte, nous nous sommes rendus à l'arrêt de "Lemba-terminus" pour prendre un taxi de victoire et rentrer à la maison après quelques courses.
Il était 19 heures passées quand on s'est décidé ma femme et moi de prendre le bus "Esprit de vie". Avec la nouvelle imprécise tombée dans les après-midis (oh mascarade, oh Kamwena, tantôt Ne Muana, etc), qui n'était pas pressé de rentrer chez soi ? Ou prendre le risque d’entrer dans un taxi-ketch (kaka boye)? Une fois dans le bus je remarque que la majorité était en Uniforme. Dans un bus ? Détendez-vous ! Pas des militaires, sûrement qu’ils avaient une fête comme c'est vendredi, ou plutôt un groupe de chorale vu qu'ils étaient habillé en un même pagne (belle couture en pa…

What is the taux ?


Likambo na taux oyo…

Me voilà chez moi, dans cette période où le taux nous a pris en étau, où le taux change sur les panneaux de change comme un chronomètre (à quand son "compte à rebours" ?). Me voilà chez moi, après une longue journée de travail. La fatigue ne nous est plus inconnue. "Travaillez, prenez de la peine" est ce qu'on fait depuis mais sans pain et paix. Rentrer tôt à la maison veut dire arriver chez soi à 18h car généralement c’est à 21h, 22h que je frappe la porte de la maison. (Ça me rappelle même une blague que nous racontait notre prof de R.O à l’université : s’il sort avec des amis et qu’il se fait tard, il retournait chez lui que le lendemain vers 4h. Comme ça il sera à la maison très tôt. Je n’ai pas dit que ça marche.)

Vous n’imaginez pas ma tête dans la journée quand j’ai remis 10$ à un cambiste et qu’il m’a remis en retour 14500 Francs congolais. J’ai failli crier « au secours, je me fais arnaquer ». Mais hélas, c’était réellement le taux du jour, c’était affiché sur tous les panneaux de change. A peine avant-hier 1$ valait 1750FC, au lieu de m’en réjouir, j’étais encore plus inquiet. 

Comme à chaque retour à la maison, avant de passer à autre chose, je vide mes poches, de mes téléphones, portefeuille, des bouts de papiers et la monnaie qui ne manque jamais dans quelques-unes d’elles. Mais je vous assure, même après lavage et repassage des habits, il y a toujours des billets 500 ou 1000 Fc qui en ressortent (malgré froissé, mais en état de te dépanner). Et ça aide même, au moment où tu galère, cherchant comment te payer un taxi pour demain au boulot, tu tombes sur un ou deux billets de 1000Fc en fouillant (ou par accident) tes vêtements sur le portemanteau (faudrait encore en avoir un ! pour toi c’est peut-être dans un placard ou garde-robe où tu ranges tes habits, mais pour lui c’est dans un panier). Après tout, à chacun son revenu.

Pendant que j’étais en train de ranger ce qui sortaient de ma poche, je réalise alors que tous les  billets de 500Fc qu’on m’a remis en monnaie dans la journée étaient neufs, même ceux remis par le chauffeur.

Mais que ce qui se passe ? A-t-on recouru à la planche à billets ?
Ce sont ces petites questions qui me sont venues en tête…
Oh ça y est ! On est le 2 août, les « fonctionnaires » viennent d’être payés. Nul besoin d’être magicien pour le comprendre. Ça se justifie par les billets neufs en circulation et le taux de change en chute libre. C’est devenu presque la routine. Quand on s’approche de la paie des fonctionnaires, le taux est baissé. Mais cette fois-ci, la chute était tellement vertigineuse qu’on avait du mal à y croire.
Dessin : Mpiakalaria by M Kadima (Artiste chanteur, dessinateur, auteur, compositeur, designer, producteur et concepteur de l’émission NOTRE FIERTÉ)

Pauvres salariés ! Au lieu d’être payé au taux auquel ils s’attendaient (1$=1750Fc), ils sont payés au taux de 1450 voire même à 1400Fc sous prétexte que le taux a baissé.
De l’autre côté, les fonctionnaires, n’en parlons même pas. On n’a l’impression que le temps est resté figer, le taux n’a jamais changé, 1 dollar est toujours égal à 920 Fc. Qu’en est-il du taux de 1450 promis ?
Pendant ce temps, le prix des biens suit son cours normal. Le loyer est payé en dollars, pauvre locataire ! Les crédits pour la communication et les produits de consommations sont restés au niveau de 1750Fc. Quelle hystérésis ?

C’est ça notre quotidien, le dollar impact sur notre vie même sans le vouloir. Existe-t-il un domaine où le dollar n’intervienne pas ? Même les maraichères ont augmentées leurs prix suivant le dollar. D’ailleurs, est-ce sa faute si notre monnaie n’est pas forte ? Améliorons juste notre économie et on se plaindra moins.

Aussi longtemps qu’on importera jusqu’aux cure-dent et tomate pendant qu’on peut en produire sur le territoire national, taisons-nous.

Commentaires

Rejoignez -nous sur Facebook