Abonne-toi par email 📩

mardi 14 août 2018

Dans une lettre ouverte adressée à l'opinion publique, le candidat député national dans la circonscription de Lukunga, l'artiste rappeur Lexxus Legal s'explique sur les raisons de sa candidature et son alliance avec la Dynamique de l'opposition.


Bonjour très chers, en espérant que ça va. En attendant la version simplifiée en lingala et mon programme dans les prochains jours, merci de lire et de partager cette lettre ouverte expliquant ma candidature.

Kinshasa, le 14 Août 2018

Ma lettre de candidature à l’élection législative nationale pour la circonscription de Lukunga à Kinshasa sur la liste de la Dynamique de l’opposition coordonnée par M. Martin FAYULU. "
                              
DENDE ESAKANU Alex Lexxus

Mesdames, Messieurs, chers Compatriotes, 

Actuellement la démocratie dans notre pays est de nouveau confronté à un test,  une phase essentielle pour sa maturation, à cet effet chacun de nous est appelé à donner le meilleur de lui même pour que triomphent les idéaux qui ont étés à la base de son avènement.
Cette interpellation de la conscience coïncide avec les manifestations d'une société prise dans une tempête où les repères sont désordonnés, la raison désorientée, les valeurs inversées, l'urgence devenue mode de vie, le chacun pour soi triomphant au détriment du destin solidaire,  ainsi nous sommes devenus une société « sauve qui peut » (article 15, le fameux « débrouillez-vous »).

Si dans cette tempête tourbillonnante qui a obscurci l'horizon, l'étonnement sur l'inflation des candidatures est compréhensible, tant les évidences sont perdues, toutefois l'indexation de l'engagement des artistes dans cette course électorale pourrait cacher un malaise de ceux qui se sont accommodés de cet état de fait et qui en tirent depuis un profit personnel. Les auteurs moraux des phrases telles que : « mboka oyo ekobonga lisusu te » ou « yo, okanisi okobongisa mboka oyo ? ». 

Dans cette situation de tempête, toute réflexion à froid ainsi rendue impossible, l’analyse profonde de la naissance des mouvements citoyens ne s’est pas faite, alors que fondamentalement à mon avis, ces mouvements exprimaient un rejet, une rupture et un appel au retour aux valeurs.

Ce même aveuglement accompagne la vague des candidatures des artistes. Il est vrai que les artistes pourraient gêner car ils ne rentrent pas dans cette tradition politique qu'une certaine élite se serait évertué sans succès jusque là a ériger en culture politique.

Je tiens à rassurer avant tout le peuple : ma candidature ne doit pas être perçue comme la recherche d’un ticket  pour participer à la "mangeoire nationale", véritable perversion de la mission de l’Assemblée Nationale. 

Qui sommes-nous? Et pourquoi à l'Assemblée nationale ?

Nous sommes avant tout des citoyens, hommes de culture et artistes. « La culture étant la Somme des réponses qu'un peuple a réservé tout au long de son histoire aux questions fondamentales de son existence ». (A. Zaïdi Ngoma).

Comment notre société actuelle se retrouve avec autant des mauvaises réponses à des si bonnes questions ? Comment avec des legs tels que celui de l’émancipation, de dignité, de résistance, d'affirmation de soi, de l'auto-prise en charge, portés par Paul Panda, Kimbangu, Lumumba, M’zee Kabila, pour ne citer que ceux-là, le « chacun pour soi » a pris le dessus sur le destin solidaire ?

Parmi les réponses, il y a la tradition politique, « Les réponses non décodés, la poursuite sans questionnement des réponses qui ont peut être fait leur preuves à l'époque sur des situations actuelles alors qu’elles ne sont pas actuelles ». 

Cette répétition des gestes et politiques incohérents a fini par heurter les hommes de culture et artistes que nous sommes. Qui plus que nous dans cette société fait preuve de générosité égalitaire en produisant une œuvre d'esprit pouvant conserver la même émotion, accessible  de la même manière à un jeune de la Gombe et de Malueka ? 

La politique est champ clos d'intérêts, j'aime à croire qu'il s'agit d'un engagement personnel pour la production des intérêts collectifs et non l'inverse.

Les artistes dans la noblesse de leur travail sont les seuls dont l’activité fait appel au meilleur de l’homme, son esprit à même d’apporter des solutions solidaires. 

Pour ceux qui ne me connaissent pas, qui suis-je ?

Dende Esakanu Alex Lexxus (Legal), 40ans cette année dont 25 dans le Hip-hop du République démocratique du Congo. Des prémisses de la danse à partir de mon Lodja natale, une fois à Kinshasa,  j'ai peaufiné la technique entre Dodoma, Kato dans la commune de Kinshasa et mais aussi dans la commune de Lingwala et Barumbu. Devenu rappeur dans le milieu des années 90, sous l'influence du groupe américain Public Enemy, dès le départ comme eux, j'opte pour des textes qu'on qualifiera plus tard de conscients et aujourd'hui d'engagés.

L'ensemble de mon œuvre artistique et de mon engagement peuvent se résumer en un mot « Combat » et ce combat s’est mis au Service de plusieurs causes :

L’éveil des consciences de la jeunesse de mon pays et  d’Afrique ;
L'espoir, la paix, l'unité, la justice sociale, les droits des enfants valides et handicapés, l'alphabétisation, le droit de la femme, la liberté d'expression ;
L'écologie ;
La reconnaissance de la Culture Hip Hop dans notre pays ;
L'accès au soin de Personnes Vivant avec le VIH ;

Mais aussi ce combat s’est engagé contre le sida, la stigmatisation et la malaria.

Ma démarche artistique a été récompensée de plusieurs titres honorifiques notamment au pays, 3 fois meilleurs artistes Hip-hop Ndule Awards consacré par l’ensemble de la presse du pays, Artiste du Cinquantenaire et en Afrique, Prix de la Renaissance Africaine par Hip-hop Award au Sénégal. J’ai été fait ambassadeur de la lutte contre le Paludisme entre autres. 

À ce jour, rappeur, producteur, conseil et développeur des programmes sociaux en rapport avec le hip-hop et entrepreneur agricole. Expert de l'OIF pour les jeux de la francophonie (Nice, France 2013), pour la mise en place de la discipline Danse hip-hop,  j'ai eu la responsabilité d'écrire et standardisé les règles de la danse hip-hop pour l’ensemble des pays de l’OIF et à ce titre, je fus le 1er président du jury de la 1ere joute de cette discipline à ces jeux. Pour les 50 ans de l'Union africaine, invité à Addis Ababa, j’ai été co-auteur ARCH, des propositions de vision de 50 prochaines années de Union Africaine.

À la tête depuis 2006, de Racine Alternative ASBL,  la 1ere association de protection des droits et développement du Hip hop en RDC dont le Festival aiR D'iCi, 8ème édition est l'émanation. Ce festival est à ce jour le plus grand rendez-vous culturel annuel centré sur le Hip-Hop en R.D. Congo. 

Malgré plusieurs tournées dans le monde et des opportunités offertes pour le développement de ma carrière à l’extérieur, m’a toujours fait revenir et explique que j’habite toujours Kinshasa.

Ma motivation.

Je fais parti de ceux et celles qui pensent que la principale cause de la tempête tourbillonnante dans laquelle se trouve notre société actuelle est la déconnection de la source des réponses enfermées dans notre culture.

Ma carrière encore au vert, j'ai la possibilité de créer, de me vendre, de m'exporter voir même m'expatrier pour un ailleurs présumé meilleur. Je peux garder et améliorer les conditions de ma vie personnelle, tout en restant à l'écart de la politique.

L'engagement dans la politique pour des artistes et hommes de culture comme  Jean Goubald, Ados Ndombasi, tant d'autres et moi-même en ce moment précis, doit être perçu comme une réponse au défi de l'urgence, du sauve qui peu, du sur place généré par l'opposition de sens et directions engendrant l'immobilisme de notre société actuelle. C'est une conviction forte que les artistes conscients sont les plus en mesure de reconnecter notre société à la source des réponses, à l'essentiel qui est la solidarité basée sur un destin commun, la chance pour tous d'accéder à une nation offrant une chance à tous. 

Je ne ralentirai pas ma carrière à cause d'un profit personnel, en tant qu'artistes, nous le savons mieux que quiconque que,  tout nous est prêté et tout doit être rendu. Que notre bonheur se trouve dans la transmission de ce que nous avons reçu. Que notre joie est avant tout, votre joie, c'est le destin de solidarité inscrit dans nous.

Une pause dans le chant faite de vos voix que les représentants n'écoutent plus,  pour aller dans le champ politique, à l'Assemblée nationale car humblement nous pensons que c'est là-bas, dans la représentation nationale que la connexion s'est rompue, donc c'est là qu'elle doit impérativement être reconnecté.

Ici, il est nullement question de laisser l'art, l'engagement politique n'est pas une nouvelle carrière, il s'agit de déshabiller nos textes des mélodies, pour que ceux qui n'écoutaient plus vos voix, vos préoccupations, les attendent.

Le choix de l'Alliance avec la dynamique de l'opposition

En tant qu'artiste, Je suis un indépendant, dont l'œuvre artistique est positionnée et politisée mais pas politicienne.
Dans cette approche, j'ai toujours été très critique à l'égard d'une opposition focalisée *sur et contre les personnes* et ne présentant pas des alternatives sur des éléments de gestion, très hostile à l'égard d'une majorité pour sa gestion incohérente, de ce faite, j'ai dénoncé sans détour la médiocrité de cette classe politique.

Ainsi, j'ai longtemps muri l'idée d'une candidature indépendante mais j'ai dû me résoudre à l'idée d'une nécessité d'alliance par réalisme sur le calcul électoral consacré.

Dans ce réalisme,  il m'a  paru fécond d'aborder la question par l’angle négatif : avec qui je ne devrais pas m’allier, quelles que soient les opportunités et les circonstances ?
d'emblée j'ai éliminé le cercle de la majorité à qui je reproche globalement une gestion incohérente, teintée d'une politique anti culturelle notoire.
Ceci étant clairement assumé, je suis allé dans le camp de l'opposition où j'ai opté pour une rencontre en tête à tête axée sur la recherche de compatibilités en terme de valeurs, des convictions mais aussi d'ouverture sur la politique culturelle.

Ici, je tiens à remercier les différentes personnalités et plateformes pour l'accueil et l'attention portés à ma démarche ainsi qu'à mon projet.

Je rappelle que techniquement un parti politique ou plateforme ne se présente pas aux élections, il soutient des candidats. Dans cette vision horizontale, la question se pose plutôt dans les termes : “Avec quels partis ou plateforme un candidat peut éventuellement s’allier et espérer garder son indépendance. 
En tant qu'artiste, je suis fondamentalement opposé au conformisme, devenu tradition politique chez nous,  c’est à dire la tendance d’un groupe à s’uniformiser, se caporaliser, en terme de comportements, de pensées autour d'un chef, coordonnateur ou autorité morale.

Pour ne pas faire l'éloge d'un compromis, mes convictions comme boussole, mon choix d'alliance avec la Dynamique de l'opposition s'est basé sur ces éléments :
Une accessibilité de sa coordination et une certaine compatibilité dans la manière d'aborder cette période,
L'inclusion de notre projet sur la politique culturelle dans le programme politique du candidat à la présidence de la dynamique en la personne de Mr Martin Fayulu,
Lui même démontrant un passif d'une certaine constance, cohérence ainsi qu'une liberté de pensée au sein de l'opposition,
Des garanties offertes pour la  défense de notre projet culturel.
Une convergeance des valeurs basées sur des convictions partagées.
Sur le social libéral, nous sommes tombés d'accord que la culture telleque nous la voulons constituerait un rempart contre la sauvagerie du libéralisme.

Pourquoi devriez-vous me soutenir dans cette démarche ?

Humblement, je pense que moi et certains artistes conscients candidats, nous portons en nous cette faim et soif puissantes que vous avez, vous peuple de vous définir par ce que vous êtes réellement, comme une nation, un peuple à vocation de puissance.
Notre plus grande puissance est d'abord notre culture, cette culture doit imprégner tous nos acquis, politique, économique et même spirituelle.

Nous devons revisiter le champ des valeurs en se basant sur les réponses prévues dans notre culture. Ceci n'est pas un renfermement, au contraire bien se connaître pour mieux s'ouvrir. 

Quel député serai-je ?

Pour ma circonscription Lukunga et pour la Nation, comme l'artiste que je suis, à l'écoute du peuple, des voies et expressions artistiques choisies par ce dernier, au front avec vous pour contraindre l'exécutif à résoudre les problèmes quotidiens dans notre circonscription. Peser sur l'exécutif nationale et urbaines et participer à l’élaboration des textes de lois sur les questions qui prennent la culture comme base et référence des réponses à apporter aux défis actuels et aux besoins quotidiens de mes concitoyens. 

La culture ne faisant pas de discrimination, je serai un député consensuel pour les questions d’intérêt général que je ne laisserai pas obstruer par un positionnement partisan. 

Pour finir

Je n’oublie pas qu’un député doit aussi porter la voix de la RD Congo. Avec la détermination d'ériger la culture comme  rempart contre la balkanisation, vous pouvez être sûr que ma voix défendra de façon certaine une RD Congo une et indivisible dont la souveraineté est non négociable. Le droit de disposer de nos terres, nos eaux et richesses de notre sous-sol, de sa défense et celle de ses filles et fils partout dans le monde, du respect des traités internationaux en conformités avec notre culture.

Si vous faites de moi votre élu, voilà, en substance ce que je veux faire pour vous et cela, je ne pourrais le faire qu’avec Vous.

Dende Esakanu Alex Lexxus, citoyen artiste candidat à l'élection législative nationale  dans la circonscription de Lukunga/ ville province de Kinshasa-RD Congo.

lundi 6 août 2018



Comme chaque année, la jeunesse de l’Église Évangélique des Sacrificateurs, EES en sigle organise une journée d’activités culturelles dénommée « journée de la jeunesse ». Cette journée est une commémoration de la naissance physique du prophète Kadima Bakenge Musangilayi, Souverain Sacrificateur et fondateur de cette église né le 23 juillet 1928 à Luebo.

Ainsi, pour cette année, la jeunesse sacrificatrice de Kinshasa a effectué les festivités du 90ème anniversaire de leur patriarche dans la salle TUKIMI sise avenue Kianza commune de Ngaba en date du 5 août 2018.





Le modérateur Reagan Kaputu en train de danser. À sa droite, Lisethe Mukanya.


Les membres du conseil de la division de l’éducation et jeunesse de Kinshasa 
Sous la modération de Kaputu Kantu-kanjila Reagan & Nyashi Mukanya Lisethe, c’est après les mots de circonstances du chef de la division de la jeunesse de l’église : Rsb Merenge Mayala Junior et celui du chef de la sacrificature de Kinshasa (responsable de l’église à Kinshasa) : Rsb. Kambayi Kazadi Jacques que plusieurs activités ont égayé l’assemblée qui est resté sur sa soif.
 Chef de division de l'éducation et jeunesse de l'EES, Merenge Mayala Junior en train de dire son mot de circonstance


Chef de sacrificature de Kinshasa, Kambayi Kazadi Jacques en train de dire son mot de circonstance
Au programme :
Projection vidéo du journal SSK réalisée par le studio Golden Business Multi-Service;
Poèmes:
C’est à la musique de la poésie que la salle s’est fait bercer par ces beaux poèmes :
  • Souvenir inoubliable le 23 juillet,

  • L’héritage

  • I’m a book

Slam,
  • « Tic-tac ». Un slam écrit par Dibaya Wishiya Fady-Ambroise, déclamé par Tabitha Ngalula Wishiya, pour ramener les jeunes à la raison et leur demander d’écouter leur conscience qui est une cloche, une voie par laquelle le seigneur nous parle pour nous éviter la dérision.

Théâtres,
  • Des pièces de théâtre en rapport avec la journée ont été exhibées pour faire comprendre l’origine de cette journée et éveiller la conscience de la jeunesse. Le tout, avec une touche d’humour…

  • One man show de Promesse Milayi Wishiya. Un prodige de l’humour, à sa manière il a fait rire aux éclats la foule en faisant des imitations des Pasteurs et grandes personnalités de la place…


Artiste Promesse avec son grand frère Fady-Ambroise

 Défilé de mode,





Danse majorette,



 Ballet
À travers des pas de danse traditionnelle, le ballet a traduit l’histoire de nos ancêtres africains : leur croyance, et la manière dont ils ont été bernés par les colons qui leur ont amené ce qu’ils appelaient : la civilisation pour renier leur foi et se tourner vers l’occident…












Comédie musicale
Nyashi Mukanya Lisethe et Promesse Milayi Wishiya n’ont pas manqué l’occasion de marquer la soirée par un duo de comédie musicale où les chansons de l’église ont été chantées, mais à leur ton. Un ton très surprenant et comique en même temps…

Artiste Promesse et Lisethe en plein prestation
Comme à la coutume, la célébration s’est clôturée par un buffet et la prière de bénédiction du responsable de la sacrificature de Kinshasa : Rsb. Kambayi Kazadi Jacques.


Pour voir toutes les vidéos de la manifestation, veuillez cliquer ici !

samedi 4 août 2018

LA TERRE PROMISE
Et tu mourras sur la montagne où tu montes. Tu verras
vis-à-vis de toi le pays ; mais tu n’y entreras point.
BIBLE

Quand Moïse, vieilli, sentit venir sa fin,
Dieu lui dit : « Va ! gravis la montagne,
« Et de là tu verras, au loin dans la campagne,
« La TERRE, Chanaan t’apparaître enfin. »

Le soleil se couchait : un bandeau vert et pâle
Marquait là, à l’horizon, la mer occidentale ;

Là s’étendaient des plaines fertiles,
Des bois, des coteaux et des villes,
C’était elle !... c’était cette terre bénie
Qu’à ses doux yeux promit l’Éternel !
Ô ! Ce cher pays de lait et de miel
Qu’à poursuivre sans cesse il consuma sa vie ;
Pour qui des Pharaons il brava la furie.
Pour qui furent vaincus tant de périls divers,
Les flots, les sables nus, les stériles déserts,
Et souvent même ou la révolte ou l’apathie
D’un vulgaire ignorant, qu’hier comme aujourd’hui
     Il a fallu servir et sauver malgré lui.

C’était elle, ô douleur !... au travers de l’abîme,
Il étendait les bras vers ses lointains sommets !
Mais en vain son regard planait de cime en cime ;
Il devait l’entrevoir, — mais la toucher, jamais !...

Ah pleure l’arrêt irrévocable !
Pleure ! Prophète infortuné !
Au regret amer qui t’accable,
Plus d’un mortel est destiné.
Hélas ! ton sort fut d’âge en âge
Le sort du Héros et du Sage ;

Chaque siècle ici-bas a sa Terre promise,
Qu’il cherche, qu’il poursuit dans les maux, dans les pleurs ;
Et qu’il entrevoit, comme Moïse ;
Mais qui ne fut jamais conquise
Qu’au profit de ses successeurs.

Nous la cherchons aussi, cette terre si belle !
     Nous aussi, debout jour et nuit,
Nous suivons au désert, yeux tournés vers elle,
     L’Espérance qui nous conduit.
     Pareille à la Nue enflammée
Qui guidait les Hébreux vers un nouveau séjour.
     Et marchait devant leur armée,
     Brillante ou sombre tour à tour.

Pour nous sont les travaux, les combats et les peines ;
Les sables sans verdure et les rocs sans fontaines ;
La faim, le chaud, la soif, les tempêtes du ciel ! —
Pour nos fils, — les gazons, les fleurs, les eaux courantes,
L’ombre sous leurs figuiers, le repos sous leurs tentes,
     Le lait, le froment et le miel !...

Mais, non ! — à tous ces biens leur esprit infidèle
Rêvera d’autres biens à notre âge inconnus !
Ce qui nous suffirait ne leur suffira plus ;
Ils voudront à leur tour une terre plus belle.
Comme nous, pour trouver ce Chanaan lointain,
Ils vivront, haletans, dans la soif de l’attente ;
Comme nous, ils mourront les bras tendus en vain
     Vers sa rive toujours fuyante !
Un poème de Benito Assani, poète congolais
Poète Benito Assani

jeudi 2 août 2018


Merci Papa Alain

Ce fut un choc pour moi.
Ta disparition m'a laissé dans l'émoi.
Désormais chaque le 2 de ce mois(Août).
On pensera à toi.
Tu fus un Homme de Foi.

Un  leader incontesté.
Ta foi fut éprouvée et approuvée.
Les malfrats de ce monde pensaient effacer ta voix.
Ne sachant pas qu'ils accomplissaient la volonté du grand Roi.
Aujourd'hui plusieurs suivent ta voie,
Celle de la croix.

Tu fus Un grand amoureux de Jésus-Christ
De génération à génération tes compositions
nous serviront d'instruments de louange et d'adoration au Roi des rois.

Ton passage sur terre fut une bénédiction.
De Jésus le prince glorieux, dans les parvis, dans ton sanctuaire, El Shaddai, Jésus ma référence, soleil levant...à Jésus ma consolation.
En passant par Shilo, likonzi, obongi na lokumu, Yuko buana... jusqu'à Je suis.

Tes textes nous serviront de source d'inspiration,
Pour la Gloire de Yahweh.
Tu as mis sur les rails, le train de l'adoration.
Tes fils conduiront cette locomotive,
L'adoration et la louange seront notre leitmotiv.
Sachant que Jésus-Christ est notre seul motif.

Fier d'appartenir à ton école.
De l'école d'adoration à éden.
Aujourd'hui nous avons
Sublime parfait qui chante
Alpha oméga et sanjola...
Merci Jésus-Christ
Merci Papa Alain

Christian EBONGO  YENGA,
Ecrivain et poète.

mardi 31 juillet 2018

À toi mon étoile,
À toi ma merveille,
Douceur de mon sommeil,
À toi ma dulcinée,
Richesse de mes pensées.

À toi bel ange,
Aux allures d'un archange,
À toi ma coquette,
À la taille svelte.

À toi ma beauté aux yeux doux,
Je te contemple à genoux,
À toi noble femme au coeur gracieux,
Je t'écris ces mots précieux.

Mots démesurés peut être,
Mais témoignant mon bien être,
Ressorti des cendres du chagrin,
Permis par le destin.

Chagrin d'un amour tant cherché,
Mais qui hélas n'était pas encore trouvé.

Ô toi MKT
Belle fille à MTK

Ce qui me manque est peu de chose,
Ce qui compte c'est ton extase,
Ton amour est en dehors du temps,
Mon coeur ne bat pas à mi temps,
Il ne connaît de printemps.

Ce qui lui importe c'est ta résonance,
Entretenu par ta romance,
Me comblant ainsi de délices,
Et me plongeant dans la liesse.

Ô toi douce femme !
T'avoir est une palme de prestiges
Ô toi ma beauté !
Ton charme me donne de vertiges.

Ô toi ma muse !
Source de mes énergies
En toi, je me fortifie
Face aux vicissitudes de la vie.

Daigne, o ma princesse,
Sans regretter le passé
Que cette plume te soit la prémisse
D'un avenir tout tracé.

Te revant toi seul, quant à moi,
J'admire et je sonde
L'amour que je ressens pour toi,
Dans mon âme profonde.

Un amour sincère et inconditionnel.



lundi 30 juillet 2018

À LA RECHERCHE DE MON PÈRE
Pierre Roger Bia Kibassa ( juin 1923-29 juillet 1982)

Mon père a pris la mort pour prétexte
Il avait oublié son texte
Il s’est éclipsé de la scène
Pour lui, le temps s’est arrêté
En pleine représentation

Je n’ai pas connu la gloire de mon père
J’ai passé ma vie à retrouver des repères
Il me les avait planté sur le chemin
En profitant des ombres

Personne n’avait osé me raconter
Cet homme mystérieux
J’ai appris à lire, à écrire et à compter
Mais J’ai surtout appris à le deviner
En étudiant ses traces
J’ai vu de lui si peu d’images
J’ai dessiné seul les traits de son visage
Certains étaient sur le mien
Le fils de mon père

Tout le monde a pensé bien faire les silences
Laissez le mort dans l’ombre de la résilience
Son absence, que je m’y fasse
Qu’il s’efface, mon père
Mais enfant, je suis allé faire ma croisade
J’ai conquis des morceaux au gré de ses dérobades
Comme un puzzle géant
Au fil de lui

Dans la grande maison qui était la sienne
Figée dans le temps derrière les persiennes
Sa présence dans son absence
Son piano désaccordé
Cet  homme féru d’art s’était caché dans ces sculptures
Tous ces trésors dignes d’un homme de culture

Mon père m’a appris de l’au-delà
La passion des savoirs
Son portrait avec ce sourire un brin narquois
Ce regard mélancolique si disert et si  coi
Je les lui ai empruntés

Figure tutélaire
L’absent n’était jamais éloigné au quotidien
Il était mon fil, mon équateur et mon méridien

Je n’ai pas vu vivre mon père, parti trop tôt
Mais je l’ai suivi pas à pas, sa vie en écho
Il avait laissé des traces
Laisser des empreintes

Quittant la scène, il prit la mort pour prétexte
Il n’est pas parti, il a juste changé de texte
Dans ma vie, il a si peu fait l’acteur
Mais il a été mon souffleur
Merci PAPA
Par Biatitudes
Pierre Roger Bia Kibassa, père de Biatitudes
Biatitudes, écrivain et poète Rd congolais



samedi 21 juillet 2018

Envie d’apprendre plus sur la retouche photo ? Envie de basculer de l’amateurisme au professionnalisme ? Challenge Training vous annonce l’arrivé de Teach Me How To Retouch 2 !
Oui, vous l’avez compris : Il s’agit donc de la 2ème édition !

Le concept Teach Me est non seulement un programme de renforcement de capacités, mais aussi une formation axée sur la maitrise des bases de la photographie et de la retouche photo.
Le programme Teach Me How To Retouch consiste à renforcer le niveau de chaque photographe, retoucheur et designer congolais. C’est donc un moyen d’apprentissage, de recyclage et de perfectionnement pour des personnes désireuses d’évoluer dans le domaine de la photographie.

S’inscrire à Teach Me How To Retouch  c’est avoir : l'information, la formation et un accompagnement sûr.
Après formation, les meilleurs seront sélectionnés pour rejoindre les entreprises de communication partenaires pour une période de stage professionnel.

Conditions !
  • Date : du 06 au 08 novembre 2018 ;
  • Heure : de 09h00 à 13h30
  • Frais de participation : 40$

Pour tous contact et informations supplémentaires :
  • Facebook :Challengedrc
  • Instagram : Challenge_drc
  • Twitter :  Challenge_drc
  • Email : challengedrc@gmail.com
  • merveilbiaya64@gmail.com
  • Téléphone : +243824161931



mercredi 18 juillet 2018


- Sandy, la poétesse des averses🌧,ta plume est-elle toujours fluide ?
- Non Fady, on est en saison sèche. Ma plume a séché.

Alors...n'écris plus que pour la pluie.
Écris pour la pluie,
Mais également pour le puits.

Écris pour la nuit, le minuit,
Mais également l'ennui.

Écris pour le vent, l'air
Mais également la mer.
@FadyAmbroise

Attendons donc septembre...
Ma plume n'aura plus d'ombre...

Peut-être que la pluie la fera moins cancre...

Et de mon cœur jaillira l'encre...
@SandyAmazone

Écris pour le caca
Qui nous cause du tracas

Écris pour le sexe
Qui s'exécute sans texte

Écris pour la sueur
Qui est notre lueur

Écris pour la matière
Nous en sommes à part entière
@Biatitudes

Écris pour tous !
Pour nous
Puis, pour vous

Écris pour ton coeur

Ta mère, ton père
Puis, tes soeurs

Écris pour le pays, la paix

Le pain, et tes peines
@FadyAmbroise

Écris surtout tes cris
Écris aussi tes gris
N'ecris surtout pas ton prix

Écris ta lyre
Écris les cordes de ton coeur
Écris la guitare de la rancoeur

Écris lorsque tu es aigri
Écris avant que tu ne sois prescrit
Écris car demain te sera pris
@Biatitudes

Écris à tout prix
Sans bruit et sans fuite.

Écris pour bannir,

Décrire sans haïr.

Écris pour dénoncer

Renoncer et rehausser.

Écris pour t'exprimer

Réprimer et primer.
@FadyAmbroise

Écris ta peine
À en perdre l'haleine
Écris pérenne

Écris ça maladroit
Tu as le droit
De ne pas marcher droit

Écris à même tes tripes
Écris avec ton sang
Cours sur les lignes
Tel un pur sang
@Biatitudes

En somme, 
Écris pour tout,
Sur tout, par tout
Et partout.
@LeMarc


Un poème naquit d'un échange entre ces amoureux de la plume. À travers lequel, chacun a su donner mille raisons d'écrire sans saison.
La nature à elle-même constitue une source immense d'inspiration. Écoutons- la ! FA


L'enfance de mon enfance