Fady Ambroise

Hello ! C'est ici que NOUS partageons sur la vie au quotidien : poèmes, pensées, analyses et interviews. N'hésitez pas à nous laisser vos avis en commentaire !

Abonne-toi par email 📬

jeudi 17 octobre 2019


« L’écho de l'espoir » est un livre de Lyricomane NGOBANI paru aux éditions Renaissance Africaine, Paris-France 2019. Et il sera bientôt disponible à Kinshasa. 

C’est dans un recueil de 118 pages que l’auteur de cet ouvrage transmet son message au peuple africain :
-          « ces chants ne sont qu'un message pour le peuple africain qui a subi la dictature de ses propres dirigeants. » Lyricomane. 
Il dit aux africains que l'Afrique sera bientôt en paix et qu’il ne sera plus question de partir à l'étranger pour un quelconque bonheur. Il conclut en disant  « l'Afrique est mon seul continent, je l'arrose avec mes mots pertinents ».

« L’écho de l'espoir est un recueil de poèmes lyriques destinés à être chanté, accompagné de l'instrumental ou carrément la musique. Autrement on dirait que ce sont des chants poétiques… », a martelé Lyricomane. 
L’auteur a à travers son recueil, a emprunté le chemin de Jacques Brel, chanteur-poète français originaire de la Belgique. En lisant ce recueil, vous aurez l'impression de lire Jacques Brel car l'auteur a voulu montrer les fameux styles que pratiquait le chanteur Français à sa génération et celle du futur. Il a honoré ce chanteur en redonnant le goût au public de chercher à découvrir qui il était.

Ou trouvez le livre ?
L’écho de l’espoir est disponible sur Amazon et auprès des Éditions Renaissance Africaine à Paris et à Brazzaville. À Kinshasa, il sera disponible à la librairie de la Halle de la gombe. Pour plus d’infos : +243829078606

Qui est Lyricomane ?
Lyricomane NGOBANI alias « Militant du quotidien » est né le 29 septembre 1994 à Bandundu ville. Il est diplômé d’état en Électricité de l’Institut Technique et Professionnel MOSALA, un internat des frères Joséphistes de Kinzambi.  Arrivé à Kinshasa en 2013 pour poursuivre ses études supérieures, il s’oriente vers des études  Mathématiques-Informatique et obtient son diplôme de licencié en Mathématique et informatique « Math-Info » à l’Université Pédagogique Nationale (UPN). C’est après son cursus universitaire qu’il se consacre pleinement à la littérature et le Slam. 
Lyricomane NGOBANI

Après avoir fait partie des KINSHASLAM et LIPOPO-SLAM, des groupes des jeunes kinois amoureux de la plume,  il crée, avec ses pairs la structure « Collectif Envie d’Écrire ». Une structure dans laquelle il exerce la fonction du Président. Il est également membre de l'Atelier pour le Leadership, l'Excellence et la Formation(ALEF) ainsi que de l’Association des Jeunes Écrivains du Congo, Ajeco.

Lyricomane est auteur de deux recueils de poèmes, l’un  publié en juin 2O18 aux Éditions Feu Torrent (RDC) intitulé : « Mon pays va à vau-l’eau » et l’autre publié en septembre 2019 aux Éditions Renaissance Africaine (Paris-France) intitulé : « L’écho de l’espoir ».

Nous ne pouvons oublier ton slogan
Qui traverse nos esprits comme un ouragan.
Nous le lèguerons à nos enfants et petits-enfants.

Rossy, tu as été sauvagement assassiné,
Ton image est gravée dans nos mémoires,
Sur nos paumes se dessine la beauté de ton sourire.

Tu as dit fermement que le peuple gagne toujours,
Nous continuons la lutte jusqu’à obtenir la victoire,
Nous sommes en rage contre ces meurtriers.

Ces meurtriers ne savent pas qu’ils t’ont rendu héros,
Toutes les générations parleront de ton nom précieux,
Ceux qui dirigent notre pays en ce moment sont des zéros.

Rossy, tu n’es pas mort, tu es juste dans l’autre monde.
Nos pleurs, nos cris, nos douleurs et nos prières tu les entends.
Le pays n’est plus comme tu l’as laissé, la situation s’est aggravée.

Nous avons déjà un régime politique moribond,
La preuve, nous avons un pays à l’économie moribonde.
Sois tranquille, tu as une demeure splendide.

Qui sait si leurs cadavres seront calcinés,
Ces meurtriers ont déjà un pied dans la tombe.
Repose en paix sur ta merveilleuse tombe.

Tu as écrit une histoire inoubliable,
Tu as montré de quoi tu étais capable,
Et tu as laissé un slogan immuable.

Rossy, le peuple gagne toujours,
Le peuple Congolais te donnera raison.
Les médiocres leur place, c’est la mort ou la prison.

« Hommage à Rossy MUKENDI », l’un des beaux poèmes du recueil « L’écho de l’espoir ».

 À lire aussi : 👇

mercredi 16 octobre 2019

Rétrocommission, un cancer presque rien !

Ça paraît peut-être moins flagrant, vu qu’on est tellement habitué avec le mal et qu’il est devenu presque notre mode de vie et pain quotidien, mais : LA RÉTROCOMMISSION est l’une des maladies qui tuent et ont tué ce pays, la RDC. Elle est une cale au progrès souhaité, elle est une obstruction à la réalisation des promesses (en rapport avec le social du congolais et la paix) faites par le chef de l’État, Félix A. Tshisekedi. Car, aussi bon qu’il puisse être, si il est entouré par des gens, qui, ne partageant pas sa vision ne pensent qu’à se remplir des poches : ça causera sa perte et celui du pays en même temps. Ainsi, je fais un clin d’œil à ceux qui ne jurent que par sa perte : SI LE PRÉSIDENT FÉLIX ÉCHOUE SON MANDAT, C’EST TOUT UN PAYS QUI EN PAIE CASH ! On a donc intérêt de prier, de converger nos efforts et énergies positives pour que ça marche. 

La rétrocommission étant devenue… normale, a tué notre économie ; notre éducation ; des familles ; etc. - Comment peut-on trouver normal qu’un individu qui a 5 à 10 ans d’impaiement d’arriérés de salaires se construise des maisons et envoie ses enfants étudier à l’étranger ? À cause de ce genre de pratiques, beaucoup d’entrepreneurs congolais ne savent s’envoler ou voir leurs business commencer vu les multiples barrières de commissions auxquelles ils doivent faire face. Dieu seul sait combien d’investisseurs se sont vus refuser d’œuvrer en RDC parce qu’ils ne se soumettaient pas à cette pratique. 

En y pensant à fond, je réalise que cette rétrocommission, devenue comme un cancer, est dans l’air qu’on aspire. Elle est dans chaque bien que nous consommons. On la voit chaque jour et on regarde à coté car ce n’est pas un crime : ce n’est pas un crime qu’un enseignant demande aux élèves ou étudiants de l’argent contre la réussite (branchement), ou conditionne ses syllabus ; ce n’est pas un crime qu’un Policier-roulage demande l’argent aux taximen, « mbote ya likaku » ; ce n’est pas un crime qu’une agence de recrutement demande de l’argent aux candidats ; ce n’est pas un crime qu’un employé obtienne une promotion ou avantage contre une relation sexuelle ; ce n’est pas un crime que des violeurs ne sachent jamais à quoi ressemble une porte de prison, … 

Ainsi, les autorités doivent… qu’est-ce que je raconte, ils sont tous dans ça ! Ou du moins presque tous… Bon, quant-à la photo du saut-de-mouton, c’est juste pour souligner l’avancement des travaux de construction de celui du croisement 24 - Boulevard du 30 juin, chose que j’encourage. Hâte de voir à quoi ça ressemble, un saut-de-mouton. Lol. Je me demande même si l’orthographe est correcte. 

En attendant, n’oubliez pas de réserver mon livre, Plume & Flûte👇🏽👇🏽👇🏽

mardi 15 octobre 2019


« Après de longues années de travail je suis enfin arrivé, au terme d’un parcours compliqué, à me détacher d’un projet très personnel. J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon premier Roman, intitulé « Une vie après le Styx » qui en 176 pages peint la trame de la tragédie des Grands Lacs et du Congo en particulier, qui a vu le viol érigé en arme de « Déstructuration massive » et les violences faites à la femme s’installées dans une normalité, voire une banalité malsaine. » Éric NTUMBA

Extrait : « …Je suis une femme, une vraie femme maintenant, Emmanuel! Vu d’ici c’est peut-être plus un drame qu’une raison de se réjouir tant je vois la souffrance que l’appartenance à la gent féminine peut causer aux porteuses de chromosomes XX. C’est comme si en faisant le design du génome, Dieu mit des croix pour signifier le degré de souffrance auquel le futur embryon serait exposé dans sa vie de terrien. Résultat: les femmes ont hérité du double de ce que les hommes auront à endurer La vie d’une femme, c’est deux chemins de croix... c’est un aller-retour sur la via Dolorosa... » 

Publié aux éditions l'Harmattan, ce roman retrace la vie de Sifa, une jeune fille congolaise…

Pourquoi un tel roman ? Et pourquoi ce sujet ?
Simplement parce que j’ai estimé de mon devoir d’offrir à toutes les victimes des Guerres du Congo une sépulture intemporelle, un cimetière de mots.  Parce que je sais (sans comparaison aucune) que je n’ai pas découvert les guerres napoléoniennes dans des livres d’histoire mais en lisant Tolstoï… Je sais aussi que c’est « Au cœur des ténèbres » de Conrad qui a jeté la lumière sur les atrocités commises dans l’Etat Indépendant du Congo… Je connais le poids des récits, des écrits dans la formation de la conscience et de la mémoire collective. Cet ouvrage est donc la réponse à une tension interne de savoir comment les générations futures découvriraient-elle le drame Congolais dans un siècle ? Par la plume d’un observateur externe bien loin de la prophétie de Lumumba appelant que notre Histoire soit écrite par nous et au Congo ? C’est donc en combinant ma passion pour les mots (exprimées longtemps par des compositions Rap, puis des poèmes) et la fiction romanesque au devoir de mémoire qui s’imposait à moi comme une évidence que j’ai pris ma part de responsabilité.

Pour conclure, à l’aune des grandes manœuvres politiques et des moments historiques que nous traversons collectivement, avec leurs aléas et soubresauts, il m’est apparu nécessaire de rappeler que le renouvellement des élites attendues ne saurait-être que Politique ou Economique. Le pari du Changement que nous attendons est d’abord un défi culturel, et j’espère par ce Roman contribué un peu (car chacun devra faire sa part) à la renaissance des belles lettres congolaises.

Où peut-ton trouver Une vie après le Styx ?
Le livre est disponible en ligne sur le site de l'éditeur Harmattan ou sur Amazon. À Kinshasa, il est en vente à l'Hôtel Sulutani à 25 USD ou par Be You RDC.

À propos d’Éric Ntumba
Éric Ntumba Bukasa, de son nom complet, est né en 1982 et il est marié et père de deux enfants. Après des études universitaires en « Technologies de l’information » à la North West University (Afrique du Sud), il intègre le cycle international long de la promotion Willy Brandt de l’ENA (France) où il obtient un master en « Administration publique » (Summa Cum Laude). Il retourne en RDC en 2008, ou il entame une carrière de banquier d’affaires. « Une vie après le Styx » est son premier roman.
Eric NTUMBA
À lire aussi : 👇






lundi 14 octobre 2019

Sous un ciel gris
Sur un sol rouge,
Le vent murmure
L'écho triste
D'un maussade
avenir

Corps en transe,
Silence froid
Horizon pâle
Claquements de danses
macabres
Obscurcissent la vue,
Sous un ciel gris
Sur un sol rouge...

Ciel gris, Fa. WISHIYA DIBAYA

samedi 12 octobre 2019

Bonjour chers lecteurs et chères lectrices,

Ça fait un bail, je sais ! Mais pour me rattraper : je vous amène une bonne nouvelle, disons, une très bonne nouvelle. Mon livre tant attendu, Plume & Flûte est enfin prêt ! Il sera publié aux Éditions Mabiki, en Belgique et sera disponible dès le 1er décembre de cette année. Donc, place aux réservations ! Qui veut ? 

De quoi il traite ?
Voilà une question qui revient souvent. Plume & Flûte est un recueil de poèmes, 37 au total, 36 écrits en français et un en lingala. Un livre de 120 pages (format poche, 20x13cm) de beaux écrits et belles illustrations fruits de ma plume. Il est subdivisé en quatre chapitres principaux et un cinquième comme bonus, un clin d’œil à la culture et à ma langue maternelle. Les quatre premiers chapitres sont consacrés respectivement  aux :
- Rôle de l’écriture, la place de l’écrivain, l’inspiration, et l’Artiste ;
- Dénonciation, la paix, la justice, la misère, la famille et la mort ;
- L’amour, ses non-dits et mots-dits, la rupture et ses blessures ;
- La femme, ses flemmes et, sa flamme. On y retrouve la femme dans ses multiples facettes. 

Il y a donc de quoi exciter ou stimuler l’artiste et sa plume en mode veille, séduire les amoureux de la plume, réconforter les âmes tristes et panser les plaies. Vous allez vraiment savourer et rester sur votre faim. Bien sûr, pour pouvoir acheter encore mes prochains livres. Car je suis actuellement en plein travail sur les prochaines publications : deux recueils de récits et nouvelles, et deux romans.

Mais pourquoi le titre « Plume & Flûte » ?
Comme c’est repris sur la quatrième de couverture, j’ai nommé ce premier livre littéraire « Plume & Flûte » parce que la plume fait allusion à l’écrivain et ici elle traduit encore plus : elle symbolise l’inspiration, elle est la matérialisation de mon talent sur des papiers, et elle représente le Virtuose d’une manière générale. Et comme vous l’avez, peut-être deviné, la flûte est un instrument musical, l’un de plus anciens même. Je parie même que les anges en jouent de temps en temps. Et ici, elle traduit cette mélodie que l’on entend en lisant mes poèmes. Elle exprime la musique qui me parvient quand j’écris.

Où trouver  Plume & Flûte ?
Dès le 1er décembre 2019, Plume & Flûte sera en vente sur le site de l’éditeur www.mabiki.net, sur www.alibooks.cd, sur Amazon, sur les différentes plateformes de vente en ligne ainsi que les librairies de la place. On peut aussi commander ou réserver par téléphone (WhatApp disponible) au 00243819512359.

Prix ?
Le livre est fixé à 10$ (10€ dans la zone Euro). Ceux qui sont en RDC ont la possibilité de l’acheter en prévente jusqu’au 31 octobre 2019 au prix de 6$ ou 10.000 CDF par Mpesa  au 00243819512359.
Dans l’espoir de rejoindre votre petite bibliothèque, je vous dis : à tantôt !😊

Découvrez la bande-annonce 👇



Fa. WISHYA DIBAYA

jeudi 19 septembre 2019

Après huit mois d’attente, le tout premier gouvernement de la République Démocratique du Congo sous la présidence de Félix-A. Tshisekedi Tshilombo a vu le jour le 26 août 2019. En son sein : des nouvelles personnalités aux postes clés des Finances, des Mines, de la Défenses, des Affaires étrangères et de l’Intérieur. Parmi ces nouvelles têtes on compte notamment Monsieur Junior Mata M'elanga, Vice-Ministre des Finances. 

Soucieux d’en savoir plus sur ce nouveau  Vice-Ministre des Finances, nous vous avons concocté un portrait qui nous apprend sur ses origines, ses études, ainsi que son parcours professionnel et politique.
Qui est Junior Mata ?

Né le 04 novembre à Kinshasa capitale de la RDC, Junior Mata M'elanga, originaire du territoire de Bomongo (province de l’Équateur) est fils de Monsieur Henry Bobunda Mata et de Madame Jeannette Muzingu. Il est troisième d’une famille de 7 enfants dont 3 filles et 4 garçons. 
Il passe son enfance à Yolo-Sud (l’un des quartiers de la commune de Kalamu) qu’il quitte ensuite à l’âge de 10 ans pour le quartier Mombele à Limete. Un quartier qui le voit grandir et se métamorphoser en portant diverses casquettes : étudiant, bénévole, auditeur, marié, père, homme politique,...

Parcours scolaire, universitaire et postuniversitaire

Junior Mata a fait ses études maternelles et primaires respectivement  à l’École Massamba et à l’École Mboloko-Les Gazelles, les deux à Yolo-Sud.

Il va poursuivre ses études secondaires au Collège Saint Raphaël où il sera sélectionné parmi les élèves devant sensibiliser les autres Raphaëlois sur les proverbes, dictons et citations, d’où son attachement à la littérature et la Culture…

Après l’obtention de son diplôme d’État en Pédagogie Générale à l’École Mboloko-Les Gazelles, Junior Mata va entamer ses études supérieures à l’Université Catholique du Congo, UCC où il va décrocher un Diplôme de Licence en « Économie et Développement », Option : Finances, avec 3 distinctions successives au cours des trois dernières années.
En 2016, il obtient un Master en « Techniques Bancaires » de l’École supérieure de la Banque du groupe CFPB (une institution française), où il sera à la même occasion avec brio, « Meilleur Lauréat » de la Promotion 2016.
Junior Mata lors de la remise du diplôme de Master en "Techniques Bancaires"


Convaincu que la vie est une école dont l’apprentissage ne s’arrête jamais : Junior Mata est détenteur d’une cinquantaine de certificats des formations dans plusieurs  thématiques dont : les Finances ; l’Audit interne ; la Banque ; le Risque ; la Fiscalité ; la Comptabilité ; … Il est actuellement en pleine formation organisée par l’IIA (The Institute of Internal auditors, basé aux USA) pour obtenir le CIA (Certifcate of Internal Auditors).
Junior Mata au siège de la Banque des États de l'Afrique Centrale, BEAC au Cameroun pour l'examen de l'École Supérieure de la Banque.
Parcours professionnel et politique

À 14 ans, vers les années 90, Junior Mata fut le tout premier Jeune animateur en RDC (Zaïre à l’époque) avec à la clé, la présentation des programmes dédiés aux enfants et aux jeunes sur les antennes de la Radio Catholique Elykia dont l’émission « Jeudi-Junior » et quelques interventions à la Radio FIKIN à l’ouverture de la Foire Internationale de Kinshasa pendant ses vacances. Déjà, Il aura été en interaction avec le Pouvoir Public et les Partenaires au Développement dont l’UNICEF ainsi que quelques partenaires du secteur privé dont COWBELL, BRALIMA et Biscuiterie Union avec comme principal rôle celui de vulgariser la convention relative aux droits de l’enfant. Un programme qui était soutenu par le feu Président Joseph Mobutu à travers son conseiller Yamba Yamba.

Étudiant à l’UCC, Junior Mata passera un stage dans le cabinet d’audit Business Consultance où il sera par après retenu comme « Assistant Financier », puis passera trois mois à FINCA en tant qu’Agent de Crédit.

En 2008, il rejoint la Banque Commerciale du Congo (BCDC), une entreprise dans laquelle Junior Mata va exceller jusqu’à devenir « Chef de service principal » au cours de sa dernière année avant son élévation au rang du Vice-Ministre des Finances après y avoir occupé successivement les postes de : Contrôleur Interne, Responsable Adjoint du Contrôle opérationnel puis Auditeur Interne. C’est dans ce cadre précis qu’il est actuellement membre du Bureau de l’Institut des Auditeurs Internes du Congo affilié à l’IIA Global, basé aux USA.

Junior Mata est aussi commissaire aux comptes de la CIELTS (Coalition Inter-entreprises pour la Lutte Contre le Tuberculose et le VIH/SIDA).

Lancement des activités de la caravane motorisée du Tam Tam de la planification familiale couplée du dépistage volontaire au VIH avec l'appui du Fonds des nations unies pour la population et l ABEF/ND en juillet 2016.

Parallèlement à ses activités professionnelles, il a aussi été Coordonnateur de l’ASBL « Action pour le Développement des Jeunes » ; Membre de la plateforme RACOJ/SIDA, Membre de l’ « Assemblée Générale du Conseil National de la Jeunesse » et a participé à l’élaboration de la Politique Nationale de la Jeunesse ainsi qu’à l’élaboration du Plan d’Action Nationale pour l’Emploi des Jeunes.

De courant Socio-démocrate et Tshisekediste, Junior MATA se fera vite remarquer au sein de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et assumera plusieurs fonctions telles que la vice-présidence de la «Commission égalité entre Homme et Femme », poste qu’il occupe jusqu’à ce jour.

Fort de son bagage intellectuel et culturel, Junior Mata deviendra Coordonnateur National de la « Nouvelle Génération Tshisekedi » (NGT), une structure au sein de l’UDPS et initiera l’ « Association des Jeunes Professionnels de l’UDPS » (AJPRO/UDPS) afin de rassembler la crème intellectuelle du parti au pouvoir.

Et il se verra nommé « Vice-Ministre des Finances » du gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba sous Ordonnance n°19/077 du 26 août 2019, puis investi le 6 septembre 2019 par le parlement. Une fonction pour laquelle il compte tout mettre en œuvre pour l’assumer comme il se doit. 

Dimanche 15 septembre 2019, Junior Mata sera désigné : "Conseiller principal" de la Lina (Ligue Nationale des Anamongos). Une structure réunissant la descendance « Mongo ». Une descendance parmi laquelle on compte plusieurs leaders et acteurs économiques du pays : ministres, honorables, scientifiques, officiers, professionnels, étudiants, leaders communautaires...
Junior  Mata M'elanga à l'Hôtel Béatrice lors de la rencontre de la LINA le 15 septembre 2019.

jeudi 15 août 2019

Mon amour, histoire gênante 
Tu as rassemblé les bribes
De mon âme errante
Pour lui redonner un sens.

Replié sur moi-même
Tu as brisé ma coquille ;
Épris par ton amour fébrile
L’éclat renaît sur mon fossile.


Je n’étais qu’un rien,
J’étais stupide
Victime d’un être avide
Tu m’as faite tienne,
Comblant mes vides
Quand l’idylle, était l’autre rive.

Aussi grand que je puisse être,
Face à ta peau jaune-miel
Du haut de mes deux mètres :
Je perds le nord ;
Ton radieux 
sourire m’éblouit, 
Et m’évoque des envies inouïes.

Ton amour est un soleil
Que je ne sais taire,
Il m’emporte tel des ailes
Et je te vois ciel,
Devenant celle « Qui vit »
De tes baisers caramel.

Je ne t’ai ouvert que mon cœur
Voilà tu y élis domicile.
Je te promets d’être « Ton aile »
Et ton ami de toute heure.

"Ton aile Qui vit", par Fady-Ambroise WISHIYA Dibaya 

À tous ceux qui s’aiment
À ceux qui se sont retrouvés

Un poème d'amour dédié aux deux amants, poème à retrouver dans le recueil des poèmes à paraître : "Plume & Flûte".

À lire également : 
Elle veut des mots 🌬💓😍
Cri de cœur - Kasdorc

mercredi 14 août 2019

Par respect : on se tait, on s'ignore, on fait semblant. Après on se replie dans sa cage à se morfondre.

Par respect on dit « oui ». Alors qu'on mourait d'envies de dire « non ». Et vice versa. Par respect...

Par respect on fait des compromis. Qui en réalité, nous causent du tort. Après, on se dit victime du sort.

Par respect on regarde quelqu'un avec un air amical, alors qu'au fond du cœur, on a les pupilles dilatées, le cœur en piment, à cause de retenir ses sentiments.

Par respect on laisse filer l'amour de sa vie, pendant qu'on mourait d'envie de le retenir.

Par respect, par respect je n’écris que ça !

"Les envies inouïes", par Fady-Ambroise WISHIYA Dibaya

Ceci est un avant-goût du recueil des poèmes à paraître : "Plume & Flûte".
À lire également 👉🏾Elle veut des mots 🌬💓😍

mardi 30 juillet 2019

"Gouverne et ment", 65 fois

Gouverne et ment, voilà donc la recommandation unique ! Cheval de bataille des gens cyniques, des pouriticiens iniques : - 65 membres du gouvernement ! Vous ne plaisantez pas, vous ? Du moment où chacun à sa part, pas grave...

Où est donc l'intérêt de la nation ? Où est le peuple d'abord ? Même si ceci rime avec le peuple à bord, ça ne sous-entend pas qu'on déborde... 

On est bien parti pour un naufrage, avec 65 membres du gouverne - ment, qui gouvernent et mentent, qui s'attirent et attirent comme des aimants : je ne serai pas étonné de nous voir perdre tous nos minéraux et minerais, avec autant de magnétisme ! 

C'est ça donc gouvernement ? Une montagne des mensonges aux commandes, qui gouverne et ment.  Entre temps, on compte les jours, jusqu'aux prochaines excuses, et érections...
Alors, trinquons 🥂

"Gouverne et ment", soixante-cinq fois.

À lire aussi :

lundi 1 juillet 2019


À nos deux ans !🍻
(Du premier juillet deux mille dix-sept
au premier juillet deux mille dix-neuf)

Deux ans de mariage.
À deux devant l’église,
Écrivant cette page
Ça, malgré nos crises.

Noués devant nos pères,
Lien plus que bitume.
Réunis au-delà des peurs,
Cloués par la coutume.

Deux ans de mariage
Depuis l’échange des oui.
S’aimer sans être amolli
À ériger notre nuage.

Franchir avec nos sens
Nos légions d’épreuves,
Réalisant sans transe
Nos fleuves de rêves.

Deux ans de mariage
Et deux bébés d’amour,
Deux ans de partage
D’une vie glamour.

Sans toi belle Étoile,
Je me serais égaré.
Auprès de toi, mon toit
Je me suis bien garé.

Félicitations à nous
Pour nos deux ans, nos feux ;
Pour nos deux belles fées,
Et les cent ans à venir.
💑💕🍻

"À nos deux ans !", par Fady-Ambroise Dibaya

À lire également 👇
- Elle veut des Mots 🌬💓

Abonne-toi par email 📬

Plume & Flûte, un livre de Fa. Wishiya Dibaya aux Éditions Mabiki

Bonjour chers lecteurs et chères lectrices, Ça fait un bail, je sais ! Mais pour me rattraper : je vous amène une bonne nouvelle, ...